Modifié le 25 septembre 2014

Qui sont les groupes djihadistes à travers le monde?

Des membres d'Ansar Dine à Kidal, au Mali, pendant l'opération Serval menée par la France.
Des membres d'Ansar Dine à Kidal, au Mali, pendant l'opération Serval menée par la France. [ - ]
Aqmi, Boko Haram, Al-Nosra, Front islamique ou Ansar Dine, différents groupes djihadistes demeurent actifs dans le monde, alors que l'Etat islamique autoproclamé a gagné une influence prépondérante.

L'Etat islamique (EI) est un groupe terroriste créé en 2006 en Irak, devenu depuis lors une véritable armée qui pille, massacre, viole et s'empare de territoires de plus en plus importants - en Irak comme en Syrie.

>> Lire aussi Qu'est-ce que l'Etat islamique (EI)?

Ce groupe de djihadistes n'est toutefois pas unique au Proche-Orient, ainsi que sur le continent africain. Certains de ces groupes sont en compétition avec l'EI, d'autres s'y rallient, d'autres encore refusent de le reconnaître et le combattent.

____________________________________________________________________________

Les combattants du Mujao près de l'aéroport de Gao, au Mali, en 2012.
Les combattants du Mujao près de l'aéroport de Gao, au Mali, en 2012. [ - ]
Aqmi, le ralliement de la dernière heure

Al-Qaïda au Maghreb islamique est un groupe djihadiste algérien qui s'est déclaré en 2007, anciennement connu sous le nom de Groupe salafiste pour la prédication et le combat. Aqmi opère au Sahel, le plus souvent en Mauritanie, au Mali et au Niger.

Une scission s'est opérée au sein d'Aqmi en 2011 pour constituer un deuxième groupe : le Mujao (Mouvement pour l'unicité et le djihad en Afrique de l'Ouest).

Discours évolutif

Depuis l'apparition de l'Etat islamique autoproclamé, deux tendances s'affrontent au sein d'Aqmi. Certains groupes, dont le chef d'Aqmi Abdelmalek Droukdel, considèrent qu'il vaut mieux combattre localement contre le gouvernement algérien et les intérêts français, alors que d'autres veulent rallier l'Etat islamique.

C'est notamment le cas du groupe Jund Al-Khilafa (les soldats du califat), dirigé par Khaled Abou Slimane,  qui a déclaré son allégeance à l'organisation Etat islamique le 16 septembre. Quelques jours plus tard, ces djihadistes ont capturé et aurait décapité un Français dans les montagnes de Kabylie.

Depuis ce ralliement, le discours évolue au sein d'Aqmi qui commence à défendre l'idée d'une alliance entre djihadistes pour contrer l'intervention américaine en Syrie.

____________________________________________________________________________

Les islamistes d'Ansar Dine à Kidal, au Mali.
Les islamistes d'Ansar Dine à Kidal, au Mali. [ - ap]
Ansar Dine: instaurer la charia au Mali

Ce groupe islamiste, soutenu par Aqmi, s'est déclaré en 2012 au Mali. Les exactions des membres d'Ansar Dine ont déclenché l'opération militaire française Serval. L'objectif annoncé d'Ansar Dine est d'imposer la Charia, son nom signifiant "défenseurs de la religion".

Le groupe de djihadiste d'Ansar Dine s'est déclaré allié d'Aqmi depuis le début de ses actions armées pour établir une "république islamiste" au Mali.

____________________________________________________________________________

Le chef de la secte islamiste nigériane, Abubakar Shekau.
Le chef de la secte islamiste nigériane, Abubakar Shekau. [Capture d'écran - ]
Boko Haram : récent soutien

Boko Haram, ou "groupe pour la prédication et le djihad", est une organisation religieuse terroriste du Nigeria qui a pour objectif de faire appliquer la charia dans tout le pays. Fondée en 2002, l'organisation Boko Haram se revendique des Talibans d'Afghanistan. Les exactions de la secte djihadiste sont multiples, dont la dernière en date étant l'enlèvement de 276 lycéennes.

Une branche dissidente de l'organisation s'est constituée dans le nord du Nigeria, appelée Ansaru, soit l'Avant-garde pour la protection des musulmans en Afrique noire.

En juillet 2014, Aboubakar Shekau, le chef de Boko Haram a déclaré son soutien à l'Etat islamique, à Al-Qaida et aux talibans afghans.

____________________________________________________________________________

Des combattants du Front Al-Nosra près d'Alep, en Syrie.
Des combattants du Front Al-Nosra près d'Alep, en Syrie. [ - AFP]
Le Front Al-Nosra : rivalité avec l'EI

Le Front Al-Nosra est un groupe djihadiste issu d'Al-Qaïda en Irak bien que constitué en Syrie depuis 2012 pour s'opposer à Bachar el-Assad. Ce groupe de rebelles djihadistes a pour objectif la constitution d'un "émirat au Levant", un Etat islamique appliquant la charia.

Le Front Al-Nosra ne reconnaît toutefois pas l'EI et s'impose comme la branche unique d'Al-Qaïda en Syrie. C'est ce mouvement qu'a rallié le groupuscule islamiste Khorassan, composé de combattants auparavant postés en Afghanistan, au Pakistan ou en Iran.

Ces combattants sont considérés comme une menace par Washington selon qui ils préparaient des attaques "majeures" contre des cibles occidentales et sur le sol américain.

____________________________________________________________________________

Des membres du Front islamique près d'Alep, en Syrie.
Des membres du Front islamique près d'Alep, en Syrie. [ - ]
Le Front islamique

Sous cette appellation sont réunis sept groupes armés rebelles syriens depuis la fin 2013. Le Front islamique est la principale force d'opposition armée à Bachar el-Assad, et son objectif est identique à celui du groupe de l'Etat islamique: créer un Etat islamique dicté par la charia. S'il prétend vouloir protéger les minorités, le Front islamique n'en est pas moins hostile au principe de démocratie, qu'il rejette.

Le Front islamique, qui serait financé par l'Arabie saoudite, dispose du contingent le plus important de tous les groupes islamistes avec 50 à 80'000 combattants et il combat tant l'Etat islamique que le pouvoir syrien.

TV5Monde/jgal

Publié le 24 septembre 2014 - Modifié le 25 septembre 2014