Modifié le 05 septembre 2014

Une "invasion directe" russe en Ukraine difficile à prouver

Ce document montre un déploiement militaire russe à 50 kilomètres de la frontière ukrainienne.
L'Otan a diffusé des images satellites sur les mouvements de troupes russes. [ - ]
Alors que l'Ukraine a dénoncé une "invasion directe" de son territoire par la Russie - que l'OSCE assure ne pas avoir pu constater - retour sur les preuves d'une présence militaire russe en Ukraine.

La Russie a nié participer à une "invasion directe" de l'Ukraine, dénoncée jeudi par le gouvernement de Kiev.

Les Etats-Unis et leurs alliés ont de leur côté menacé de sanctionner à nouveau Moscou face à une "incursion évidente" de forces russes en Ukraine. "Il est évident aux yeux du monde entier" que des forces russes se trouvent en Ukraine, a ainsi affirmé jeudi Barack Obama, en écho aux déclarations de l'Otan assurant que plus de mille soldats russes se trouvent dans l'est de l'Ukraine aux côtés des séparatistes.

Pas de confirmation de l'OSCE

Contactée par la RTS, l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) a fait savoir vendredi par la voix de son porte-parole que ses observateurs en Ukraine n'avaient "jusqu'à présent pas été en mesure de vérifier cette information". Tout en notant que "leur présence dans les régions de Donetsk et Lougansk est limitée en raison de l'environnement sécuritaire difficile".

Si le soutien indirect de Moscou aux séparatistes semble avéré (voir encadrés), les preuves d'une invasion directe manquent.

L'Otan a diffusé une série de cinq photos - prises par un satellite civil - censées prouver la présence de troupes étrangères en Ukraine.

Les photos diffusées par l'OTAN:

Sur une image datée du 23 août, l'OTAN dénonce la présence d'artillerie russe sur territoire ukrainien. Le positionnement "professionnel" du matériel fait dire à l'OTAN qu'il n'est pas l'oeuvre "d'amateurs non-entraînés, mais de militaires russes":

Sur cette photo satellite datée du 23 août, l'Otan dénonce la présence d'artillerie russe sur territoire. ukrainien. Le positionnement "professionnel" du matériel fait dire à l'Otan que ce n'est pas l'oeuvre "d'amateurs non-entraînés, mais de militaires russes"
Sur cette photo satellite datée du 23 août, l'Otan dénonce la présence d'artillerie russe sur territoire. ukrainien. Le positionnement "professionnel" du matériel fait dire à l'Otan que ce n'est pas l'oeuvre "d'amateurs non-entraînés, mais de militaires russes" [AFP PHOTO / HO / DIGITAL GLOBE - ]

Sur la deuxième photo, des pièces d'artillerie apparaissent en déplacement sur le territoire ukrainien contrôlé par les séparatistes. Pour l'Otan, il s'agit de matériel russe "car l'armée ukrainienne n'a pas pénétré si loin en territoire séparatiste". La photo est datée du 21 août, soit une semaine avant l'accusation du gouvernement de Kiev:

Ici, des pièces d'artillerie se déplaceraient sur le territoire ukrainien contrôlé par les séparatistes. Pour l'Otan, il s'agit de matériel russe "car l'armée ukrainienne n'a pas pénétré si loin en territoire séparatiste". La photo est datée du 21 août, soit une semaine avant l'accusation du gouvernement de Kiev.
Ici, des pièces d'artillerie se déplaceraient sur le territoire ukrainien contrôlé par les séparatistes. Pour l'Otan, il s'agit de matériel russe "car l'armée ukrainienne n'a pas pénétré si loin en territoire séparatiste". La photo est datée du 21 août, soit une semaine avant l'accusation du gouvernement de Kiev. [AFP PHOTO / HO / DIGITAL GLOBE - ]

L'image satellite suivante diffusée par l'Otan montre de "probables" canons, "probablement" dirigés vers l'Ukraine, mais du côté russe de la frontière:

Cette image satellite diffusée par l'Otan montre de "probables" canons, "probablement" dirigés vers l'Ukraine, mais du côté russe de la frontière.
Cette image satellite diffusée par l'Otan montre de "probables" canons, "probablement" dirigés vers l'Ukraine, mais du côté russe de la frontière. [AFP PHOTO / HO / DIGITAL GLOBE - ]
 

Ce quatrième document montre un déploiement militaire, toujours sur territoire russe et situé à environ 50 kilomètres de la frontière ukrainienne:

Ce document montre un déploiement militaire russe à 50 kilomètres de la frontière ukrainienne.
Ce document montre un déploiement militaire russe à 50 kilomètres de la frontière ukrainienne. [ - ]

mre

Publié le 29 août 2014 - Modifié le 05 septembre 2014

Soldats russes tués et capturés en Ukraine

Plusieurs éléments attestent de la présence de militaires russes aux côtés des insurgés en Ukraine.

Deux membres du Conseil présidentiel russe pour la société civile et les droits de l'homme - un organe consultatif sans pouvoir législatif - ont dénoncé jeudi la mort de "plus de 100 soldats russes" lors d'une bataille dans l'est de l'Ukraine.

Plus tôt dans la semaine, des soldats russes ont été arrêtés sur territoire ukrainien. Le pouvoir russe a affirmé qu'ils avaient traversé la frontière "par accident".

La vidéo des soldats capturés



Les activités sur les réseaux sociaux d'un agent des forces spéciales russes, analysés par le site Bellingcat, ont également montré sa probable implication dans des missions sur territoires ukrainiens.

L'homme a ainsi mis en ligne sur Instagram une photo d'un poste de frontière avec la légende "nous sommes proches, bande de Banderas", faisant référence à Stepan Bandera, leader d'un mouvement nationaliste ukrainien du début du 20e siècle.

A la question posée par un de ses amis sur le réseau, à savoir s'il se déplaçait pour "des vacances ou le travail", le soldat a répondu "Pour le travail, c'est en lien avec notre profession", rajoutant des emoticons d'un revolver.

Le message sur Instagram:

La question des tanks T-72

Mise en ligne le 26 août, une vidéo non-certifiée d'un mouvement militaire montre une colonne de séparatistes, avec dans leurs rangs trois tanks de combat T-72 modernisés, normalement uniquement utilisés par l'armée russe.

La majorité des tanks en main des pro-Russes sont des T-64BV, un modèle présent dans l'arsenal de l'armée régulière ukrainienne, rendant difficile l'identification de leur origine. Ces tanks ont pu être soit saisis aux forces de Kiev, soit fournis par la Russie, qui a retiré ce modèle mais en dispose encore en stock, selon des experts militaires cités par la BBC.

La vidéo:



Mise à jour du 4 septembre 2014: L'argument avancé par la BBC a été contesté par d'autres spécialistes, assurant que l'Ukraine détient dans son arsenal également des T-72 modernisés qui pourraient correspondre aux véhicules filmés.