Modifié le 18 juillet 2014

Didier Burkhalter réagit au crash de l'avion malaisien en Ukraine

Didier Burkhalter réagit au crash en Ukraine
Didier Burkhalter réagit au crash en Ukraine L'actu en vidéo / 7 min. / le 18 juillet 2014
Au lendemain du crash qui a fait près de 300 morts en Ukraine et tandis que la communauté internationale réclame une enquête, le président de la Confédération Didier Burkhalter réagit.

Le crash jeudi d'un avion malaisien transportant 298 personnes dans une zone de fortes tensions en Ukraine suscitait vendredi la consternation de la communauté internationale.

Didier Burkhalter réagit

Dans une interview à la RTS, le président de la Confédération Didier Burkhalter, aussi président de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), a d'abord exprimé ses condoléances aux familles des victimes.

Il a ensuite assuré que l'OSCE s'impliquerait dans l'enquête, réclamant notamment l'accès aux boîtes noires de l'appareil. Il a aussi insisté sur la création d'un corridor humanitaire dans la région.

Par ailleurs, Didier Burkhalter a annoncé que la Suisse est prête à envoyer des experts pour aider à l'identification des corps.

Enquête "internationale et transparente"

Le président américain Barack Obama a réclamé une enquête "rapide" et "sans entraves", lors d'une conversation téléphonique avec le Premier ministre néerlandais Mark Rutte. Washington est prêt à fournir "de l'aide immédiate", a assuré Barack Obama.

Pour cela, les Etats-Unis appellent "toutes les parties concernées - la Russie, les séparatistes pro-russes et l'Ukraine - à un cessez-le-feu immédiat".

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a demandé lui aussi l'ouverture d'une enquête "internationale et transparente". Le Conseil de sécurité de l'ONU doit se réunir à 16h00 pour une séance extraordinaire qui devrait donner lieu à l'adoption d'une déclaration.

Le texte rédigé par la Grande-Bretagne, dont Reuters a pu prendre connaissance, invite "toutes les parties à fournir aux enquêteurs un accès immédiat au site de l'accident pour qu'ils puissent en déterminer les causes.

agences/mac/gchi

Publié le 18 juillet 2014 - Modifié le 18 juillet 2014

Pro-Ukrainiens et pro-Russes se rejettent la faute

Peu après le drame, les autorités de Kiev et les rebelles se sont mutuellement accusés d'être à l'origine d'un tir de missile supposé avoir causé la catastrophe, sans qu'aucun élément matériel ne permette d'étayer solidement une de ces hypothèses.

Vladimir Poutine, qui parle d'une "tragédie", a imputé la responsabilité de la catastrophe aux autorités ukrainiennes.

Des messages affichés sur des sites rebelles et interceptés par les services de sécurité ukrainiens laissent penser que l'appareil a pu être abattu par erreur par les rebelles, qui l'auraient pris pour un avion militaire ukrainien.