Publié le 16 janvier 2014 - Modifié le 17 janvier 2014

Johnny Hallyday vit-il vraiment à Gstaad? Le débat est relancé

Juillet 2009: Laeticia et Johnny en compagnie de Jade première des deux petites filles adoptées par le couple.
Johnny Hallyday peut-il encore garder sa résidence principale à Gstaad? Forum / 8 min. / le 16 janvier 2014
Selon une information de la RTS, Johnny Hallyday pourrait ne plus être domicilié à Gstaad (BE). Un député français appelle à une clarification de la situation du chanteur, sous peine d'une enquête fiscale.

Johnny Hallyday a-t-il toujours Gstaad (BE) pour résidence principale? Le député socialiste Yann Galut, en charge des questions fiscales à l'Assemblée nationale française, a déclaré jeudi sur les ondes de la RTS vouloir saisir son gouvernement pour une enquête fiscale sur le cas "Johnny", si celui-ci ne clarifie pas de lui-même son statut.

Le "Chalet Jade" du chanteur français Johnny Hallyday à Gstaad.
Le "Chalet Jade" du chanteur français Johnny Hallyday à Gstaad. [Jean-Christophe Bott - ]

L'affaire a été relancée par l'émission Sonar de la RTS jeudi matin. Le chanteur et son épouse Laeticia sont en effet très actifs sur les réseaux sociaux, où ils postent de nombreuses photos d'eux-mêmes et de leur famille. Géolocalisées et datées, ces images laissent penser que l'artiste serait loin de passer au moins six mois par année en Suisse dans sa résidence "Chalet Jade" à Gstaad, où lui et sa famille auraient passé seulement 15 jours l'année dernière.

Exilé ou évadé fiscal?

Or, la loi suisse sur les étrangers stipule que, pour être reconnu comme résident suisse, il ne peut être absent de Gstaad plus de six mois et un jour, même si la règle est floue (voir encadré).

"Johnny Hallyday doit clarifier les choses, afin que l'on puisse déterminer s'il quitte la catégorie des exilés fiscaux pour celle des évadés fiscaux", a déclaré le parlementaire français Yann Galut.

Faute de quoi, a averti le député, une enquête serait ouverte par les services fiscaux français.

Frédéric Mamaïs/kkub

Règle de fiscalité interprétée avec "souplesse"

Sur la question d'un minimum de jours, les avis des spécialistes divergent. Une règle de fiscalité suisse prévoit toutefois que le résident fiscal passe plus de 6 mois et un jour dans le pays. Mais cette règle tacite est une coutume, et s'applique donc de manière assez souple.

"Je veux bien que l'esprit puisse être interprété, mais de là à passer de six mois au moins à deux semaines par année, il s'agit d'une génuflexion à l'évasion fiscale", s'est insurgé Frédéric Charpié, secrétaire national de La Gauche, jeudi au micro de Forum.

Selon l'intendance des impôts du canton de Berne, c’est aux pays étrangers de prouver que leurs ressortissants ne sont pas établis dans le canton. La commune de Gstaad n'effectue donc aucun contrôle.

"Les artistes sont des oiseaux qui volent partout, qui se posent peu souvent. Je me fiche d'où habite Johnny Hallyday. Ce qui m'intéresse, c'est qu'un maximum de riches contribuables paient leurs impôts en Suisse", a déclaré de son côté la conseillère nationale Isabelle Moret (PLR/VD).