Publié le 17 décembre 2013 - Modifié le 17 décembre 2013

La Grèce et ses créanciers n'ont pas réussi à se mettre d'accord

Stournaras5
Le ministre grec des finances Yannis Stournaras est très pessimiste sur les chances de déblocage de l'aide de la troïka à la Grèce ce jeudi. [AP Photo/Geert Vanden Wijngaert - ]
Pas d'accord entre la Grèce et ses créanciers à l'issue de pourparlers qui devaient permettre de conclure l'audit des réformes du pays.

Un nouveau cycle de négociations entre la Grèce et ses créanciers (Banque centrale européenne, Union européenne et Fonds monétaire international) s'est achevé lundi soir sans l'accord permettant de conclure le laborieux audit des réformes du pays en cours depuis septembre.

Un accord sur ce dossier est la clef pour que l'UE et le FMI valident une tranche de prêts d'un milliard d'euros (122 milliards de francs) dans le cadre du second plan d'assistance à la Grèce.

Le ministre grec des Finances Yannis Stournaras s'est montré très pessimiste sur les chances de déblocage de cette somme lors de la réunion des ministres des Finances de la zone euro prévue demain à Bruxelles.

Retour en janvier

Dégel de la somme ou pas, la troïka sera de nouveau à Athènes en janvier pour tenter d'en terminer avec les autres points sensibles de son audit trimestriel des réformes du pays, a ajouté Yannis Stournaras.

La Grèce espérait débuter au 1er janvier sa présidence de l'Union européenne pour six mois sans la pression de cette négociation difficile.

ats/pym

Satisfecit décerné au Portugal

Les créanciers internationaux du Portugal ont approuvé lundi la mise en oeuvre du plan d'austérité du pays sous assistance financière, a annoncé le gouvernement. Une décision qui intervient à moins de six mois de la sortie programmée de son plan de sauvetage.

Le feu vert des experts de la troïka ouvre la voie au versement d'une nouvelle tranche de crédit de 2,7 milliards d'euros (3,3 milliards de francs) sur un total de 78 milliards d'euros prévus par le plan d'aide mis en place en mai 2011.