Publié le 16 octobre 2013 - Modifié le 16 octobre 2013

Bruxelles veut relancer le processus d'adhésion de la Turquie et de l'Albanie

La Turquie aimerait voir s'accélérer le processus de négociations avec l'UE.
La répression de la contestation issue de la place Taksim à Istambul a valu à la Turquie les réprimandes de l'UE. [ - ]
La Commission européenne souhaite relancer le processus d'adhésion de la Turquie et accorder à l'Albanie le statut de candidat membre, selon un bilan paru mercredi.

Après l'entrée de la Croatie dans l'UE, la Commission européenne tente de parer à l'enlisement du processus d'élargissement. Elle prône notamment une relance avec la Turquie et propose d'accorder le statut de candidat à l'Albanie, qui y aspirait depuis 2009.

Le bilan de la Commission dresse par ailleurs un tableau sans complaisance des efforts encore à livrer par les six aspirants des Balkans occidentaux et la Turquie, pour affermir l'Etat de droit et "renforcer leur gouvernance économique".

Ankara sermonnée pour sa violence policière

Concernant la Turquie, le rapport de la Commission ne se prive pas de condamner le "recours excessif à la force de la police" contre le mouvement de contestation que le pays a connu en juin. Cinq personnes étaient mortes et plus de 8000 avaient été blessées.

Tirana de son côté se voit sommer de redoubler d'efforts dans la lutte "pour agir contre le crime organisé et la corruption" si elle veut convaincre les Vingt-Huit de lui accorder le statut de candidat.

ats/kkub

Statu quo pour les autres pays candidats

Sur les autres pays aspirants ou déjà candidats, Serbie, Monténégro, Macédoine, Kosovo et Bosnie-Herzégovine, le bilan de la Commission ne laisse augurer d'aucune percée notable.