Mise à jour le 20 février 2013

Un soldat français et 20 djihadistes sont morts dans une opération au Mali

Les soldats français ont évacués des journalistes présents à Gao.

Les soldats français ont évacués des journalistes présents à Gao. [AP Photo/Jerome Delay - Keystone]

Plus de 20 djihadistes et un soldat français ont trouvé la mort dans une opération lancée mardi dans le massif des Ifoghas au Mali, alors que les "opérations militaires d'envergure" arrivent à leur terme, selon les autorités maliennes.

Plus de 20 jihadistes ont été "neutralisés" au nord du Mali dans une opération, a annoncé mardi le ministère français de la Défense. Un soldat français a aussi trouvé la mort. Près de 150 soldats français et maliens ont lancé lundi une opération dans le massif montagneux de l'Adrar des Ifoghas qui a permis de détruire deux importants dépôts de munitions.

"Cette action des forces françaises a permis de localiser des éléments terroristes dans leur sanctuaire, de les poursuivre et de neutraliser plus d'une vingtaine d'entre eux", ajoute le ministère.

Échanges de tirs durant plusieurs heures

Une section de commandos parachutistes appuyée par une patrouille blindée a été attaquée par des "groupes terroristes" dans le massif et une patrouille composée de deux Mirage est intervenue, détruisant deux nids de mitrailleuses lourdes, ajoute le ministère.

"Les échanges de tirs se sont poursuivis pendant plusieurs heures et ont permis de fixer une partie des éléments terroristes", poursuit ce texte. "Au cours de cette action, un soldat français a été mortellement touché."

agences/moha

Fin des opérations lourdes?

"La situation est bien meilleure qu'il y a quelques semaines. Les opérations militaires d'envergure arrivent à leur terme. Reste la sécurisation des zones libérées", a déclaré le Premier ministre malien Diango Cissoko lors d'une conférence de presse conjointe avec Laurent Fabius au ministère français des Affaires étrangères à Paris.

"Il y a encore des opérations dures", a toutefois affirmé de son côté Laurent Fabius. "Les terroristes n'ont pas tous été réduits", a-t-il dit, reprenant un terme militaire visant la neutralisation de l'ennemi.