Mise à jour le 15 février 2013

L'athlète Oscar Pistorius comparaît devant le tribunal à Pretoria

Oscar Pistorius emmené au tribunal
Oscar Pistorius emmené au tribunal Le Journal en continu / 1 min. / Le 15 février 2013
Inculpé jeudi pour le meurtre de sa compagne, le champion paralympique sud-africain a comparu vendredi à Pretoria. Il réfute fermement les accusations alors que l'audience a été renvoyée à mardi.

L'athlète sud-africain Oscar Pistorius, 26 ans, premier double amputé à participer aux Jeux olympiques avec les valides, a comparu vendredi matin devant un tribunal de Pretoria. Il est apparu effondré, se couvrant le visage et fixant le sol tandis que l'acte d'accusation charges lui était lu dans une salle d'audience pleine à craquer, selon des journalistes sur place. De nombreux proches étaient présents, observant le plus strict mutisme à l'égard de la presse, mais visiblement anéantis par le drame.

Le juge Desmond Nair a renvoyé à mardi et mercredi l'audience, au cours de laquelle la défense de Pistorius doit demander sa remise en liberté sous caution, "le temps pour la défense de faire des recherches et d'être en meilleure posture pour plaider", tandis que le parquet s'apprête selon un magistrat à demander à requalifier l'affaire en "meurtre avec préméditation".

Quatre tirs à travers la porte

Le champion avait été inculpé jeudi du meurtre de sa compagne, le mannequin Reeva Steenkamp, 30 ans. La corps de la jeune femme, criblé de plusieurs balles, a été retrouvé jeudi dans un quartier huppé de Pretoria, où un pistolet de 9 mm a aussi été découvert. L'hypothèse selon laquelle l'athlète aurait tiré sur sa compagne en la confondant avec un cambrioleur a dans un premier temps été évoquée.

Mais la police a par la suite indiqué que les voisins avaient entendu "des bruits" avant les tirs et que le couple avait déjà eu des accrochages conjugaux par le passé. Les médias sud-africains ont en outre rapporté vendredi qu'Oscar Pistorius avait tiré à quatre reprises à travers la porte de la salle de bain.

Inculpation pour meurtre et non pour homicide involontaire

L'athlète a été inculpé pour meurtre et non pour homicide involontaire, la police semblant exclure la thèse de l'accident. L'arrestation d'Oscar Pistorius, érigé en modèle de réussite contre l'adversité, a provoqué une onde de choc en Afrique du Sud, reléguant vendredi le discours sur l'état de la nation du président Jacob Zuma dans les pages intérieures des journaux.

Le choc est d'autant plus grand que Reeva Steenkamp devait intervenir cette semaine dans une école de Johannesburg pour dénoncer la violence contre les femmes. Oscar Pistorius, qui devait initialement comparaître jeudi devant le tribunal, a passé la nuit au commissariat de Boschkop de Pretoria, a fait savoir la police, précisant qu'elle s'opposerait à une libération sous caution.

ats/ptur/gchi

L'athlète réfute l'accusation de meurtre

Oscar Pistorius réfute "dans les termes les plus vifs" l'accusation de meurtre de sa petite amie dont il a été formellement inculpé vendredi, ont indiqué sa famille et son agent dans un communiqué.

L'athlète paralympique "a clairement précisé qu'il voulait faire part de sa profonde sympathie à la famille de sa compagne Reeva. (...) Nos pensées et prières doivent aller aujourd'hui à Reeva et à sa famille, quelles que soient les circonstances de cette terrible, terrible tragédie", précisent-ils.

"Les avocats représentant l'athlète ont demandé un renvoi de la procédure de demande de libération sous caution jusqu'à mardi afin d'avoir du temps pour conduire leur propre enquête concernant les circonstances de la tragédie", ont-ils souligné.