Publié le 29 janvier 2013

Le Sénat américain adoube John Kerry à la tête de la diplomatie des Etats-Unis

Kerry1
Héros de la guerre du Vietnam devenu sceptique de l'interventionnisme et as de la politique, John Kerry se targue d'avoir "la diplomatie dans le sang". [AP/J.Scott Applewhite - Keystone]
Sans surprise, le Sénat américain a donné son accord à la nomination de John Kerry à la tête de la diplomatie des Etats-Unis. Il succède à Hillary Clinton, qui doit quitter son poste vendredi.

Le Sénat américain a approuvé à une très large majorité mardi la nomination de John Kerry, 69 ans, à la tête de la diplomatie des Etats-Unis, en remplacement d'Hillary Clinton qui quitte le gouvernement au bout de quatre ans. Les sénateurs, dont l'aval est impératif à la confirmation de tous les ministres, ont voté par 94 voix contre 3 en faveur de John Kerry, après un premier vote favorable le matin en commission.

Un large consensus

La nomination de John Kerry a été expédiée en seulement quelques jours, preuve du consensus entourant la personnalité du sénateur, qui a passé 28 ans dans la chambre haute du Congrès.

Pour le démocrate, perdant de la présidentielle de 2004 face à George W.Bush, la nomination est une consécration. Héros de la guerre du Vietnam devenu sceptique de l'interventionnisme et as de la politique, il se targue d'avoir "la diplomatie dans le sang".

Sa feuille de route va de l'Iran à la Chine en passant par le dossier israélo-palestinien et le changement climatique. "Peu de personnes connaissent autant de présidents ou de Premiers ministres et ont une telle maîtrise de la politique étrangère", avait loué le président Obama en le nommant le 21 décembre (lire encadré).

Hillary Clinton, 65 ans, doit quitter son poste vendredi. Le tout Washington spécule sur son éventuelle candidature à la présidentielle de 2016, mais la secrétaire d'Etat affirme qu'elle ne pense, pour l'heure, qu'à se reposer, après quatre années épuisantes à sillonner la planète.

afp/hof

Un homme qui a fait le tour du monde

Rares sont les dirigeants américains à avoir déjà mis les pieds dans le palais de Bachar al-Assad en Syrie ou la bande de Gaza: c'est pourtant le cas du nouveau chef de la diplomatie américaine, John Kerry, qui a accumulé en 28 ans au Sénat une solide expérience internationale.

Depuis fin 2008 et son élection à la tête de la commission des Affaires étrangères du Sénat - le poste qu'il occupait jusqu'à sa nomination à la tête du département d'Etat -, John Kerry s'est rendu en Afghanistan, au Pakistan, en Egypte, en Israël, à Gaza, en Syrie, en Jordanie, au Darfour ou encore en Chine.