Mise à jour le 25 janvier 2013

Au moins cinq morts et plus de 370 blessés en Egypte

Les violences continuent en Egypte Le Journal en continu / 1 min. / Le 25 janvier 2013
Des heurts violents ont marqué vendredi les deux ans du début de la révolution égyptienne. Cinq personnes ont été tuées par balle à Suez et on compte au total plus de 370 blessés dans le pays.

Affrontements vendredi au Caire, à Alexandrie ainsi que dans plusieurs autres localités entre forces de l'ordre égyptiennes et manifestants hostiles au président islamiste Mohamed Morsi.

L'opposition laïque et libérale avait appelé à manifester place Tahrir contre le président Morsi et les Frères musulmans. Le siège local du parti des Frères musulmans dans la ville d'Ismaïliya a d'ailleurs été incendié.

Gaz lacrymogènes à Alexandrie

La police a en outre fait usage de gaz lacrymogènes contre des manifestants à Alexandrie et Suez, selon des témoins. A Suez, à l'entrée sud du canal du même nom, des manifestants ont jeté des pierres sur le siège du gouvernorat local. La police a également répondu par des tirs de gaz lacrymogènes.

Accrochages au Caire

Au Caire, des manifestants hostiles au pouvoir se sont rassemblés aux abords de l'immeuble de la télévision d'Etat, qui abrite aussi le ministère de l'Information, avant de se rendre place Tahrir dans le centre-ville. Les accès au bâtiment étaient protégés par un dispositif de policiers anti-émeutes et de militaires, et le trafic sur une grande avenue bordant l'immeuble a été momentanément bloqué.

Des accrochages sporadiques ont eu lieu entre forces de l'ordre et groupes de jeunes manifestants dans des rues adjacentes à la célèbres place, épicentre des événements de janvier-février 2011 qui poussèrent Hosni Moubarak à la démission.

Les manifestants veulent "finaliser les objectifs de la révolution du 25 janvier" 2011. Ils accusent Mohamed Morsi de reproduire un système autoritaire et socialement injuste, et de privilégier l'idéologie islamiste sur l'intérêt général.

agences/vkiss