Mise à jour le 21 décembre 2012

Un changement d'ère maya sans fin du monde

Une foule inhabituelle ce 21 décembre dans les ruines mayas de Tikal, au Mexique, notamment devant la pyramide du Grand Jaguar.
Une foule inhabituelle ce 21 décembre dans les ruines mayas de Tikal, au Mexique, notamment devant la pyramide du Grand Jaguar. [Reuters]
La prophétie de la fin du monde au 21 décembre 2012 ne s'est pas réalisée. "Nous sommes vivants", a lancé sur le ton de la plaisanterie le Bureau du tourisme australien. Tour d'horizon à travers la planète.

Si certains Terriens étaient bel et bien persuadés que ce vendredi verrait la destruction de notre planète, une prophétie alimentée par la fin d'une ère du calendrier maya, d'autres ont affronté ce "dernier jour" avec flegme et humour, notamment sur internet.

L'Australie était l'un des premiers pays à avoir vu le soleil se lever ce 21 décembre. La page Facebook du Bureau de tourisme australien a été bombardée de messages demandant si l'île-continent comptait encore des survivants. "Oui, nous sommes vivants!", a répondu l'organisation.

Célébrations mayas en Amérique latine

Dans les régions mayas, notamment au Mexique ou au Guatemala, l'heure n'était pas à l'inquiétude. La fin d'une grande ère de 5200 ans dans le calendrier maya (que des chercheurs situent plutôt au 23 décembre) a été célébrée largement, notamment au pied des grandes pyramides de cette civilisation disparue.

Chichen Itzá, un des sites archéologiques les plus représentatifs de la culture maya, dans le sud-est du Mexique, reçoit des milliers de visiteurs vendredi. Mais aucune disposition particulière n'a été prise pour ce jour, car le site est habitué à recevoir des foules plus importantes aux solstices et aux équinoxes.

Les cérémonies avaient commencé dès jeudi soir devant quelque 3000 spectateurs avec rituels et danses dans les majestueuses ruines de Tikal, au coeur de l'épaisse forêt guatémaltèque.  Un flux de visiteurs était aussi attendu sur d'autres sites archéologiques du Mexique, du Salvador et du Honduras.

Pas de ruée sur Bugarach

Par ailleurs, les autorités n'ont pas constaté d'afflux massif de population à Bugarach, petit village du sud de la France censé être préservé de la fin du monde. Un important dispositif de sécurité avait été déployé autour de la commune de 200 habitants et du pic de 1230 mètres qui la surplombe, afin de prévenir tout mouvement de foule et de bloquer l'accès à la montagne.

Terre de légendes, Bugarach est au centre de rumeurs sur internet qui faisait de son pic rocheux un "refuge" face à la fin des temps, attendue le 21 décembre selon une interprétation du calendrier maya, et attirent depuis des mois passionnés d'ésotérisme, curieux et reporters du monde entier. Le contingent le plus nombreux était toutefois celui des journalistes.

France: Bugarach est un petit village pyrénéen qui résisterait à l'apocalypse
19h30 - Publié le 20 décembre 2012
 

"Deux rave parties, c'est-à-dire des apéros géants, festifs, ont tenté de se dérouler dans la zone, à proximité du village de Bugarach et nous avons interdit et empêché l'organisation de ces deux rave parties", ont fait savoir les autorités. Les autorités ont aussi interpellé deux personnes avec des machettes et des masques à gaz dans leur voiture alors qu'elles tentaient de passer les barrages filtrants mis en place autour du village.

Internet s'y met aussi

Si certaines régions du monde étaient particulièrement sous le feu des projecteurs, c'est surtout sur internet que la fin du monde est la plus présente, souvent évoquée avec ironie comme en témoigne le hashtag #findumonde sur twitter.

agences/boi

 

La fin du monde... dans le reste du monde

Un village turc aux fluides positifs préservé
Dans le petit village turc de Sirince, qui devait aussi survivre à l'Apocalypse en raison de "fluides positifs" selon des millénaristes, les centaines de reporters en quête de personnes venues fuir ici le jour du jugement dernier étaient plus nombreux que la population (570 habitants) et que les visiteurs.

Montagne assaillie en Serbie
Une montagne en forme de pyramide située dans le sud-est de la Serbie, qui émettrait des ondes électromagnétiques bienfaisantes, a vécu un petit afflux, car elle aurait été épargnée de l'apocalypse redoutée par certains le 21 décembre. "Nous avons environ 30% de touristes de plus cette année par rapport aux années précédentes, peut être à cause de l'histoire sur la fin du monde, mais aussi en raison de la tenue d'un séminaire qui aura lieu à partir du 20 décembre", a nuancé un patron d'hôtel.

Ecoles fermées aux Etats-Unis
Aux Etats-Unis, la peur de la fin du monde, ajoutée à l'angoisse provoquée par la tuerie dans une école du Connecticut (nord-est) vendredi, ont poussé des écoles  fermer plus tôt que prévu pour les fêtes de fin d'année. Les autorités du comté rural de Lapeer et du comté de Genesee, dans le Michigan ont ainsi annulé les cours vendredi.

Secte arrêtée en Chine
La police chinoise a arrêté un millier de personnes liées à la secte du "Dieu tout-puissant". Celle-ci s'attend à la fin du monde le 21 décembre en accord avec certaines interprétations d'un ancien calendrier maya, ont rapporté jeudi des médias d'Etat. Le gouvernement affirme que la secte appelle ses membres à mener une "bataille décisive" contre le Parti communiste au pouvoir, qu'elle qualifierait de "grand dragon rouge".