Publié le 13 décembre 2012

Des milliers de Catalans dans la rue à Barcelone pour défendre leur langue

Barcelone manif éducation
Ne voulant pas voir le catalan disparaître des cours obligatoires, des milliers de personnes ont montré leur mécontentement à Barcelone. [JOSEP LAGO - ]
En pleine poussée nationaliste, des milliers de Catalans ont manifesté jeudi à Barcelone contre un projet de loi sur l'éducation qui réduit le poids du catalan au profit du castillan, langue commune à toute l'Espagne.

Agitant le drapeau catalan rayé rouge et jaune ou le drapeau indépendantiste, des milliers de personnes qui s'étaient rassemblées jeudi sur la Place de l'Université de Barcelone, dénonçant "une attaque sans précédent du modèle éducatif catalan".

Présenté il y a 10 jours, un projet gouvernemental de loi sur l'éducation donne plus de poids au pouvoir central espagnol pour fixer le tronc commun des programmes éducatifs et renforce le poids du castillan.

Diminution de l'autonomie régionale

Les Catalans voient dans le projet de loi une attaque contre un système qui a octroyé une grande autonomie aux régions, notamment en matière d'éducation et de santé, après la fin de la dictature franquiste (1939-1975).

Dans le nouveau système, "la langue catalane ne serait plus une matière obligatoire dans les examens de fin de cycle et passerait en quatrième position dans l'enseignement des langues", derrière le castillan et deux langues étrangères, estime Ramon Grau, directeur d'une école secondaire de Barcelone.

Symbole de la Catalogne

Or, le catalan est le principal symbole de l'identité de la région. Interdit dans la sphère publique durant la dictature, il a progressivement regagné du terrain jusqu'à devenir la langue d'enseignement dans toutes les écoles publiques de cette région de 7,5 millions d'habitants. L'espagnol n'y est étudié que comme une langue vivante obligatoire.

Le texte du ministre de l'Education, José Ignacio Wert, a donc fait l'effet d'une bombe et ravivé la colère du gouvernement catalan d'Artur Mas, en conflit avec Madrid qui a rejeté en septembre son projet d'une autonomie budgétaire accrue. "Le gouvernement ne veut absolument pas liquider l'école en catalan", a une nouvelle fois assuré mercredi José Ignacio Wert.

afp/vtom

Publié le 13 décembre 2012

Manifestations dans plusieurs villes

Même si elle n'en est encore qu'au stade de projet, cette réforme de l'éducation a déjà été rejetée par plusieurs des 17 régions, chargées en Espagne d'administrer le budget de l'Education, car elles y voient notamment une atteinte à leur pouvoir d'élaborer les programmes scolaires.

Des manifestations étaient d'ailleurs prévues jeudi dans plusieurs villes d'Espagne, dont Madrid, où quelques centaines de personnes ont participé au défilé.