Mise à jour le 07 mars 2013

L'offensive sans précédent de l'armée israélienne sur les réseaux sociaux

L'armée israélienne a poussé très loin la communication en temps de guerre sur les réseaux sociaux, comme ici sur leur page Facebook.

L'armée israélienne a poussé très loin la communication en temps de guerre sur les réseaux sociaux, comme ici sur leur page Facebook. [DR]

Depuis le déclenchement de l'offensive militaire israélienne sur Gaza, Tsahal utilise massivement les réseaux sociaux. Exemples de cette communication inédite et en temps réel.

Si la première guerre du Golfe et les caméras embarquées de CNN avaient été considérées comme "le premier conflit en direct", "Pilier de Défense", la dernière campagne militaire israélienne sur Gaza, a repoussé les notions de guerre en temps réel.

Tsahal, l'armée israélienne, et - dans une moindre mesure le Hamas - communiquent sans interruption sur les événements en cours à travers les réseaux sociaux.

Ainsi, c'est à travers un message publié sur Twitter que Tsahal a annoncé le début de son offensive, avant même de tenir une conférence de presse, une première:

 

Depuis lors, ce compte "live-tweet" l’offensive israélienne et poste des informations en temps réel, par ailleurs traduites en plusieurs langues, dont le français sur @Tsahal_IDF.

L'offensive médiatique 2.0 s'étend sur la totalité des réseaux sociaux les plus fréquentés, que cela soit Facebook, YouTube, Tumblr ou encore Pinterest.

Hormis la communication sur l'évolution de la situation, des infographies épousant les formes d'un graphisme moderne transmettent la propagande de l'armée israélienne. (Voir notre galerie)

Ainsi une photo d'Ahmad Jaabari, le chef militaire du Hamas abattu mercredi, avec la mention "éliminé" a été diffusée après sa mort:

 

D'ailleurs, l'armée israélienne a mis en ligne sur son compte YouTube la vidéo de l'attaque contre le véhicule d'Ahmad Jaabari ainsi que celles d'autres missions réussies, comme ce bombardement sur un supposé lieu de lancement de roquettes:

 

De leur côté, les organisations palestiniennes ne sont pas en reste. Les Brigades al Qassam, la branche armée du Hamas, autrefois dirigée par Ahmad Jaabari, offrent sur leur compte Twitter @AlqassamBrigade un compte-rendu en direct des tirs effectués contre Israël.

Twitter a également permis aux deux camps de se répondre coup par coup et la guerre numérique a atteint un stade inédit quand ces derniers ont réagi à un tweet de Tsahal les menaçant.

 

"Nous recommandons à tous les militants du Hamas, quel que soit leur rang, de garder la face contre terre dans les jours qui viennent", avait posté le compte @IDFspokesperson.

A quoi @AlqassamBrigade a répondu immédiatement que "les mains bénies (des membres des brigades) atteindront vos dirigeants et vos soldats où qu'ils se trouvent."

A noter que Twitter impose théoriquement des règles pour lutter contre "les menaces spécifiques et directes de violence", mais, pour l'instant les deux camps ont pu user de tels procédés sans opposition.

Marc Renfer

Anonymous défend l'internet palestinien

Dans un message diffusé sur Internet, le collectif de pirates informatiques Anonymous s'est rangé du côté de la cause palestinienne.

Après avoir déclaré s'être senti impuissant face au sort du peuple palestinien, Anonymous affirme que la menace du gouvernement israélien de couper toute communication, et en particulier internet, dans la bande de Gaza ne pouvait les laisser de marbre.

"Nous sommes Anonymous, et personne ne coupe internet sous notre survéillance. Nous avertissons l'armée et le gouvernement israélien qu'ils connaîtront la colère d'Anonymous", lance le groupe.

Connexions alternatives offertes

Une partie du message est également destinée aux Palestiniens. "Au peuple de Gaza et des territoires occupés, sachez qu'Anonymous est de votre côté dans ce combat. Nous ferons tout ce qui est possible pour entraver les forces diaboliques de l'armée istraélienne déployées contre vous et vous permettre de rester connecter à internet afin de pouvoir transmettre votre expérience au reste du monde", promettent les pirates.

Finalement, les hackers proposent un tutoriel permettant d'obtenir une connexion internet alternative dans le cas ou les accès classiques devaient être coupés.