Modifié le 07 avril 2012

Les putchistes maliens vont transférer le pouvoir à un président intérimaire

Mali, CEDEAO
Le capitaine putchiste Amadou Haya Sanogo (droite) et le ministre burkinabé des Affaires étrangères Djibrill Bassolè lors de la signature le 6 avril de l'accord favorisant un retour à l'ordre constitutionnel au Mali. [Harouna Traore - ]
La junte militaire malienne a signé vendredi un accord avec la CEDEAO. Le texte prévoit le transfert du pouvoir à un gouvernement de transition et une amnistie pour les putchistes.

Deux semaines après avoir pris le pouvoir à Bamako par un coup d'Etat, les militaires maliens, sous pression des pays voisins, ont décidé de le rendre aux civils. La première des priorités gouvernementales sera de tenter de pacifier le nord-malien tombé aux mains de rebelles touareg et islamistes.


Vendredi soir, le capitaine Amadou Haya Sanogo, chef de la junte qui avait renversé le 22 mars le président Amadou Toumani Touré, accusé "d'incompétence" dans sa gestion de la situation dans le Nord, est apparu à la télévision-nationale pour annoncer le transfert du pouvoir aux civils. Il est contenu dans un "accord-cadre" conclu avec les représentants de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao).


Selon le communiqué diffusé vendredi soir à Bamako, l'armée remettra ses pouvoirs au président du Parlement, Diouncounda Traoré, qui prêtera serment en tant que président par intérim et sera chargé d'organiser des élections dans un délai de 40 jours. Le capitaine Sanogo a annoncé samedi que le transfert de pouvoir convenu avec la Cedeao devrait intervenir "dans les jours à venir".


Levée des sanctions

Après avoir imposé le 2 avril un embargo diplomatique, économique et financier "total" à la junte, la Cédéao a dépêché à Bamako des négociateurs conduits par le ministre burkinabè des Affaires étrangères Djibrill Bassolé. Juste après l'accord, elle a décidé la levée "immédiate" de ses sanctions.


Aux termes de cet accord, les auteurs du coup d'Etat se voient offrir l'amnistie. Le document de cinq pages précise que le président Touré doit pouvoir être protégé et libre de choisir sa résidence.


Effet d'annonce

Mais la situation dans le nord du pays hypothèque la tenue d'élections dans les délais prévus. Les trois capitales administratives de Kidal, Gao et Tombouctou y sont contrôlées depuis une semaine par les rebelles touareg, les groupes islamistes armés et d'autres groupes criminels.


La proclamation d'indépendance vendredi par le Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA, rébellion touareg), unanimement rejetée en Afrique et dans le reste du monde, ajoute à la confusion dans cette région meurtrie.


Aqmi à Tombouctou

Cette proclamation unilatérale ressemble plus à un effet d'annonce qu'à une réalité sur le terrain: le MNLA semble avoir été marginalisé par les islamistes du mouvement Ansar Dine (Défenseurs de l'islam) d'Iyad Ag Ghaly, figure des ex-rébellions touareg des années 1990, appuyé par Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), dont trois des principaux chefs ont été vus à Tombouctou avec lui.


La Cédéao a menacé vendredi de recourir à la force pour préserver "l'intégrité territoriale" du Mali après la déclaration d'indépendance du MNLA, qu'elle a catégoriquement rejetée. L'organisation ouest-africaine - 15 membres, dont le Mali - envisage d'y envoyer une force militaire de 2000 à 3000 hommes.


agences/rber/vkiss


Publié le 07 avril 2012 - Modifié le 07 avril 2012

Pénuries alimentaires et viols

Le Nord du Mali est au bord d'un désastre humanitaire majeur et les agences humanitaires doivent avoir immédiatement accès à cette région pour éviter de nouvelles victimes au sein de la population civile, déclare aujourd'hui Amnesty International.

Les trois villes du Nord du pays, Gao, Kidal et Tombouctou, ont été la scène de pillages, d'enlèvements et de chaos depuis leur occupation par des groupes armés en fin de semaine passée.

« Toute la nourriture et les médicaments stockés par les grandes agences humanitaires ont été pillés et la plupart des travailleurs humanitaires ont fui », déclare Gaëtan Mootoo, chercheur d'Amnesty International sur l'Afrique de l'ouest.

« Les populations font face à un risque imminent de graves pénuries alimentaire et médicale qui pourraient entraîner de nouvelles pertes humaines, notamment parmi les femmes et les enfants qui sont moins à même de se débrouiller tous seuls », dit Gaëtan Mootoo.

Amnesty International a appris que, dans les villes de Gao et de Menaka, des femmes et des jeunes filles ont été enlevées de chez elles et auraient été violées.

Réactions positives

Dans les rues de Bamako, de nombreux Maliens se sont déclarés soulagés samedi après l'accord signé la veille. Interrogé par Radio France internationale (RFI), Tiébilé Dramé, chef de l'un des plus importants partis politiques maliens, le Parti pour la renaissance nationale (Parena), a salué "les efforts énormes accomplis" par la Cédéao pour parvenir à cet accord, ainsi que "l'esprit de sagesse de la junte".

A Paris, le gouvernement français s'est lui aussi réjoui de l'accord et, par la voix de son ministre des Affaires étrangères, Alain Juppé, "(...) invite tous les acteurs maliens à mettre en oeuvre sans délai ses dispositions".