Modifié le 21 février 2011

Révolte en Libye, événements minute par minute

Des opposants à Mouammar Kadhafi défilent dans les rues de Benghazi
Des opposants à Mouammar Kadhafi défilent dans les rues de Benghazi. [ - ]
Les événements se précipitent en Libye. Le bilan des violences s'approche des 300 morts. Plusieurs villes seraient désormais aux mains des manifestants. Des dizaines de milliers de personnes sont rassemblées à Tripoli pour demander le départ du colonel Kadhafi.

22h13: Le très influent théologien qatari d'origine égyptienne cheikh Youssef Al-Qardaoui a émis une "fatwa" appelant sur la chaîne Al-Jazira l'armée libyenne à assassiner Mouammar Kadhafi pour "en débarrasser la Libye".


22h00: L'espace aérien au-dessus de Tripoli est fermé jusqu'à nouvel ordre, a déclaré à l'AFP un porte-parole de l'armée autrichienne qui comptait pouvoir évacuer des ressortissants européens vers Malte à bord d'un avion de ses forces aériennes.


21h10: Le président libyen Mouammar Kadhafi est coupable de "génocide" contre son propre peuple et doit "partir le plus vite possible", a dit à la BBC et à CNN l'ambassadeur adjoint de la Libye à l'ONU, Ibrahim Dabbashi.


20h41: Le vice-ministre libyen des Affaires étrangères, Khaled Kaïm, a affirmé à la télévision libyenne que le colonel Mouammar Kadhafi était toujours en Libye, démentant ainsi des rumeurs de fuite à l'étranger.


20h33: Un avion militaire portugais est arrivé en fin d'après-midi à Tripoli afin d'évacuer une centaine de ressortissants portugais et étrangers de Libye.


20h25: L'Otan appelle à la fin des répressions contre des civils non armés.


19h38: Nicolas Sarkozy condamne "l'usage inacceptable de la force" contre les manifestants en Libye, exigé "l'arrêt immédiat" des violences et appelé à une "solution politique afin de répondre à l'aspiration du peuple libyen à la démocratie et à la liberté".


19h29: Le puissant mouvement armé libanais Hezbollah a dénoncé les "massacres" commis par le régime de Mouammar Kadhafi en Libye, affirmant qu'il "priait" pour que les "révolutionnaires" vainquent "le tyran".


19h17: Dix Egyptiens ont été tués par balles dans la ville libyenne de Tobrouk, non loin de la frontière avec l'Egypte, a déclaré à l'AFP un médecin égyptien qui tentait de se rendre en Libye, citant des Egyptiens fuyant le pays.


19h13: Les groupes français Total (pétrole) et Vinci (BTP) ont annoncé le rapatriement de la plupart de leurs expatriés en Libye en raison de la dégradation de la situation à Tripoli.


19h08: Une association a saisi lundi le Conseil fédéral d'une demande de gel des avoirs du dirigeant libyen Mouammar Kadhafi et des membres de sa famille. Douze noms auraient été divulgués. Une autre procédure a été lancée par plusieurs ONG.


18h45: L'Italie a déclenché l'alerte maximum dans toutes ses bases aériennes, après l'atterrissage un peu plus tôt à Malte de deux avions militaires et deux hélicoptères civils en provenance de Libye, en proie à une violente insurrection, a annoncé l'agence italienne Ansa.


18h40: Le fils du leader libyen Mouammar Kadhafi, Seif al-Islam, a annoncé la création d'une commission d'enquête sur les violences, a rapporté la télévision d'Etat. Cette structure sera présidée par un juge libyen. Cette commission aura "pour membres des organisations libyennes et étrangères de droits de l'homme" et sera chargée d'"enquêter sur les circonstances et les événements qui ont provoqué plusieurs victimes", a-t-elle ajouté.


18h06: Le gouvernement vénézuélien dément que Mouammar Kadhafi soit au Venezuela.


18h04: Le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon a dit au dirigeant libyen Mouammar Kadhafi, lors d'une conversation téléphonique, que les violences contre les manifestants devaient "cesser immédiatement", a annoncé son porte-parole.


17h55:  Des appareils de l'armée de l'air libyenne ont ouvert le feu à munitions réelles sur des foules de manifestants antigouvernementaux dans la capitale libyenne Tripoli, a rapporté en fin d'après-midi la chaîne Al Jazira, qui cite des témoins.


17h54: La firme pétrolière française Total rapatrie "la majeure partie" de ses employés français en Libye ainsi que leurs familles, a annoncé un porte-parole de la compagnie lundi, en précisant que "quelques effectifs" restaient sur place "avec des mesures de sécurité renforcées".


17h48: Le dirigeant libyen Mouammar Kadhafi pourrait avoir quitté son pays et être en route vers Caracas, au Venezuela, a déclaré lundi le ministre britannique des Affaires étrangères, William Hague, en marge d'une réunion de l'UE à Bruxelles.


17h36: Une opération menée lundi par les forces de sécurité en Libye contre "les terroristes" a fait plusieurs morts, a annoncé la télévision d'Etat, avant de montrer des images "en direct" de manifestants pro-Kadhafi sur la principale place de la capitale.


17h31: Libye: Berne constate que les "hôpitaux sont débordés" et "les réserves de sang insuffisantes".


17h06: Deux avions militaires libyens et deux hélicoptères civils, avec sept personnes à bord affirmant être françaises, ont atterri dans l'après-midi à l'aéroport de La Valette, la capitale de Malte, a appris l'AFP de sources militaires.


17h04: La Pologne conseille à ses citoyens séjournant en Libye de quitter ce pays, les dissuadant d'y effectuer tout voyage en raison d'une "détérioration de l'état de sécurité sur l'ensemble du territoire", a annoncé e ministère des Affaires étrangères.


16h57: L'agence de notation Fitch a annoncé lundi avoir abaissé la note souveraine de la Libye d'un cran, de BBB+ à BBB, en raison de "la révolte populaire grandissante" contre régime du colonel Mouammar Kadhafi, envisageant une nouvelle dégradation dans les trois mois à venir.


16h09: Contestation en Libye: la Bourse de Milan chute de plus de 3% sous l'effet des violences.


16h03: Le président américain Barack Obama "étudie toutes les actions appropriées" face aux événements en Libye, a indiqué lundi un responsable de son administration, exhortant le régime de Mouammar Kadhafi à ne pas faire usage de la force contre les manifestations.


16h02: Trois employés non diplomates de l'ambassade libyenne à Stockholm ont annoncé dans une lettre qu'ils démissionnaient de leurs fonctions pour protester contre les violences en cours.


15h31: Le ministère russe des Affaires étrangères a appelé toutes les parties à trouver une solution pacifique pour mettre fin aux violences qui ensanglantent le pays depuis au moins une semaine.


15h17: Le ministre libyen de la Justice, Moustapha Abdel Jalil, a démissionné de son poste "pour protester contre l'usage excessif de la force" contre les manifestants, a rapporté un journal libyen dans son édition en ligne.


14h59: L'Autriche a annoncé l'envoi lundi d'un avion militaire, basé à Malte, vers Tripoli en vue d'évacuer des ressortissants autrichiens et européens en raison des violentes émeutes qui secouent le pays.


14h58: Des témoins démentent la chute de Syrte aux mains des manifestants.


14h41:  Le groupe pétrolier italien ENI, qui revendique la place de premier producteur étranger en Libye, a annoncé avoir commencé l'évacuation de son personnel "non essentiel" et des familles de ses salariés en raison des violences.


14h33: La police libyenne a déserté dimanche midi Zaouia, à 60 km à l'ouest de Tripoli, qui est depuis livrée au chaos, ont déclaré à l'AFP plusieurs Tunisiens arrivant de cette ville lundi matin à Ben Guerdane, en Tunisie, près de la frontière entre les deux pays.


14h27: Les entreprises allemandes, en particulier le groupe pétrolier et gazier Wintershall, filiale de l'allemand BASF, ont entrepris lundi de rapatrier leurs salariés face aux violentes émeutes.


13h56: Plusieurs villes, dont Benghazi, seraient aux mains des manifestants, annonce la Fédération internationale des ligues des droits de l'homme.


13h28: Le ministre français des Affaires européennes Laurent Wauquiez déclare que "pour l'instant, il n'y a pas de menaces directes" nécessitant le rapatriement des 750 Français vivant en Libye.


13h26:  Le Portugal annonce l'envoi d'un avion militaire C-130 qui devrait atterrir dans les prochaines heures à Tripoli pour rapatrier ses ressortissants et des citoyens d'autres pays de l'Union européenne.


13h13:  Le chef de la Ligue arabe Amr Moussa a exprimé son "extrême inquiétude" après la répression sanglante des manifestations contre le colonel Mouammar Kadhafi, appelant à "cesser toutes les formes de violence".


13h07: Plus de 2300 Tunisiens vivant en Libye ont quitté ce pays depuis dimanche pour des raisons de sécurité, selon l'agence officielle Tap.


12h36: Le ministère italien des Affaires étrangères déconseille "tout voyage" en Libye en raison des "manifestations qui se déroulent ces jours-ci dans diverses villes du pays".


12h26: Entre 40'000 et 50'000 manifestants exigent à Tripoli le départ immédiat du général Kadhafi. Certains se dirigent vers le camp de Mouammar Kadhafi distant d'environ trois à quatre kilomètres de Green Square.


Des démonstrations d'opposition ont aussi lieu à l'étranger, comme ici devant l'ambassade à Londres.
Des démonstrations d'opposition ont aussi lieu à l'étranger, comme ici devant l'ambassade à Londres. [ - ]
12h25: Selon l'ONG basée à Genève Libyan Human Rights Solidarity, le bilan à Benghazi serait d'environ trois cents tués. Il y aurait un millier de blessés. Auparavant, Human Rights Watch avait parlé de 233 morts.


12h00: Une pétition circule sur internet pour demander au secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon de "stopper le massacre" et "sauver les Libyens".


11h57: La Grande-Bretagne convoque l'ambassadeur de Libye à Londres pour protester contre la violence de la répression.


11h43: Environ 1000 Tunisiens vivant en Libye veulent être rapatriés, a annoncé lundi l'ambassadeur de Tunisie dans ce pays.


11:42: Selon le fil twitter d'un journaliste de la BBC, une marche est prévue dans l'après-midi vers la résidence de Mouammar Kadhafi.



11h37: Le pétrole grimpe au-dessus de 105 dollars le baril à Londres, un niveau plus vu depuis fin septembre 2008. Cette hausse est portée par des inquiétudes sur l'approvisionnement d'or noir suite aux violence en Libye.


11h09: Le groupe italien d'aéronautique et de défense Finmeccanica rapatrie ses salariés expatriés présents en Libye.


10h42: La présidente de la Confédération "condamne tous les actes de violence" de ces derniers jours dans plusieurs pays du Maghreb et du Proche-Orient. Le Département fédéral des affaires étrangères précise lui n'avoir aucune indication à propos de Suisses en danger en Libye. Au total, 46 ressortissants helvétiques sont annoncés à l'ambassade suisse à Tripoli. Dans ses recommandations de voyage, le DFAE préconise toutefois dans la mesure du possible de quitter certaines régions de l'est du pays.


10h22: La presse officielle chinoise fait état de "quelques agités" qui tentent d'imiter la Révolution du jasmin tunisienne, expliquant qu'un tel soulèvement en Chine était "impossible" et que les Chinois devraient faire preuve de patience.


10h02: BP se prépare à évacuer sous 48 heures une partie de son personnel en Libye, où il emploie en tout 140 personnes dont une quarantaine d'expatriés, annonce son porte-parole.


10h00: Sur les quelques dizaines de photos prétendument prises en Libye, seules celles de l'utilisateur de Flickr "a7fadhomar" semblent avoir été prises ce week-end.



9h57: L'Union européenne envisage d'évacuer ses citoyens de Libye et en particulier de la ville de Benghazi, a indiqué la ministre espagnole des Affaires étrangères.


9h26: Le siège d'une télévision et d'une radio publiques ont été saccagés dimanche soir par des manifestants à Tripoli où des postes de polices et des locaux des comités révolutionnaires ont été incendiés, rapportent des témoins.


8h17: 500 Libyens ont envahi et pillé un chantier de construction sud-coréen près de Tripoli, faisant des blessés parmi les ouvriers bangladeshis et sud-coréens, a indiqué le ministère des Affaires étrangères à Séoul. Des attaques similiaires avaient déjà eu lieu ces derniers jours.


7h35: L'ambassadeur de Libye en Inde a démissionné pour protester contre la répression violente des manifestations, rapporte la chaîne britannique BBC.


6h10: Un diplomate libyen en poste en Chine annonce sa démission et appelle tous les membres du personnel diplomatique libyen à faire pareil, a annoncé la TV qatarie Al-Jazeera. Cet homme a aussi souhaité une intervention de l'armée et a affirmé qu'il se pourrait que le numéro un libyen Mouammar Kadhafi ait déjà "quitté la Libye".


5h57: Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon appelle à "ne pas faire usage de la force et à respecter les libertés fondamentales" dans les pays d'Afrique du Nord et du Moyen-Orient.


Seïf Al-Islam est le premier membre de la famille de Mouammar Kadhafi à prendre la parole.
Seïf Al-Islam est le premier membre de la famille de Mouammar Kadhafi à prendre la parole. [HO/LIBYAN TV - ]
0h30: Alors que le numéro un libyen Mouammar Kadhafi reste muet, son fils Seïf Al-Islam s'est adressé au peuple dans un discours télévisé. Il a affirmé que le pays que le peuple libyen doit choisir: soit construire une "nouvelle Libye", soit plonger dans la "guerre civile". "La Libye est à un carrefour. Soit nous nous entendons aujourd'hui sur des réformes, soit nous ne pleurerons pas 84 morts mais des milliers et il y aura des rivières de sang dans toute la Libye", a ajouté Seïf Al-Islam. Au sujet des réformes, le fils du dirigeant a annoncé que le Congrès général du peuple (Parlement) allait se réunir bientôt pour décider d'un nouveau code pénal et de nouvelles lois donnant "des perspectives de liberté" pour la presse et la société civile, ainsi que du lancement d'un dialogue sur une Constitution. Seïf Al-Islam a aussi assuré que les divers bilans des victimes avancés jusqu'ici étaient surévalués.


0h27: Les violences gagnent la capitale Tripoli. Les forces de l'ordre tirent des grenades lacrymogènes pour disperser des manifestants dans plusieurs quartiers de la capitale. Des partisans du régime s'opposent à des manifestants.


agences/boi/hof



Publié le 21 février 2011 - Modifié le 21 février 2011

Nombreux pays secoués par des révoltes

Au Maroc, cinq corps calcinés ont été découverts dans une agence bancaire qui a brûlé lors de troubles ayant suivi les manifestations de dimanche dans la ville de Al-Hoceima (nord). Au moins 128 personnes ont été blessées et 120 autres ont été interpellées durant les troubles du week-end dans une demi-douzaine de villes marocaines

Au Yémen, un manifestant antigouvernemental a été tué par des tirs des forces de sécurité à l'aube à Aden. Des dizaines de milliers de personnes se sont rassemblées à nouveau rassemblées à travers le pays pour exiger la chute du régime. Le président Ali Abdallah Saleh, au pouvoir depuis 32 ans, affirme qu'il ne partirait "que par les urnes

Des milliers de Bahreïnis ont dressé des tentes place de la Perle à Manama, tentant faire de ce lieu un foyer de contestation semblable la place Tahrir du Caire. L'opposant chiite en exil Hassan Machaimaa, actuellement jugé par contumace pour terrorisme, a annoncé depuis Londres qu'il rentrerait mardi au pays.