Modifié le 28 juin 2010

Inde: 75 policiers tués dans une embuscade

L'attaque des maoïstes a fait plusieurs dizaines de victimes.
L'attaque des maoïstes a fait plusieurs dizaines de victimes. [Keystone]
Des rebelles maoïstes ont tué mardi 75 membres des forces de l'ordre dans le centre de l'Inde lors d'une embuscade dans la jungle. Cette attaque constitue le pire massacre jamais perpétré par les "terroristes rouges" contre la police, a annoncé le secrétaire d'Etat à l'Intérieur.

Une patrouille de la Force centrale de la police de réserve est
tombée dans une embuscade dans un district de l'Etat du
Chhattisgarh, un bastion maoïste. Dépêchés sur place, les renforts
ont à leur tour été pris pour cibles par des centaines d'hommes
lourdement armés.





Les policiers ont été tués à l'aube lors d'une intense fusillade
et par des explosions de mines. Les rebelles ont par ailleurs fait
sauter une voiture blindée envoyée pour récupérer les blessés, ont
déclaré à l'AFP des sources policières et un membre du gouvernement
local.





Ces attaques interviennent deux jours après la mort de dix
policiers lors de l'explosion d'une mine posée par les
insurgés.

Condamnations

L'Inde est régulièrement frappée par des attaques
maoïstes.
L'Inde est régulièrement frappée par des attaques maoïstes. [Keystone]
Ce massacre montre "la nature sauvage"
des rebelles, a réagi devant la presse le ministre indien de
l'Intérieur, P. Chidambaram, à l'annonce de la pire attaque jamais
lancée contre la police.





Le parti d'opposition BJP (Bharatiya Janata Party, droite), a
estimé qu'il s'agissait d'une attaque contre la démocratie. "Il n'y
a plus de discussion ou de débat possibles. Nous devons d'abord les
frapper durement, ce doit être une lutte jusqu'à la fin", a déclaré
son porte-parle.





Selon un spécialiste des questions de défense, c'est l'opération
"Chasse verte" qui devrait être repensée pour réussir à contrer la
tactique des rebelles. "La police et les forces paramilitaires
luttant contre les maoïstes sont sous-équipées et manquent
d'entraînement", dénonce-t-il.





agences/boi

Publié le 28 mai 2010 - Modifié le 28 juin 2010

Une longue rébellion

Vingt des 29 Etats indiens, en particulier les Etats du Jharkhand et de l'Orissa, sont confrontés depuis 1967 à des poches de rébellion maoïste, devenue au fil des ans de plus en plus violente.

Les rebelles, inspirés du mouvement maoïste chinois, accusent les autorités de piller les richesses naturelles sans compensation pour la population locale

En mars 2007, 55 policiers avaient été tués dans le même Etat dans une attaque attribuée aux maoïstes.

Mi-février, des maoïstes avaient lancé une spectaculaire attaque contre un campement policier dans l'est de l'Inde, faisant 25 morts. A bord de mobylettes, ils avaient déclenché une fusillade et fait exploser des mines.

Les "terroristes rouges", qui seraient entre 10'000 et 20'000, disent lutter pour la défense des paysans sans terre et des tribus.

Selon le Premier ministre indien Manmohan Singh, ils représentent la plus grande menace pour la sécurité du pays.