Modifié le 06 mars 2018

Carlos Tavares, patron de PSA: "Le diesel est sur le déclin"

Le patron de PSA Carlos Tavares, photographié le 1er mars près de Paris.
Le patron de PSA Carlos Tavares, photographié le 1er mars près de Paris. [Thibault Camus - AP/Keystone]
Le patron du géant automobile PSA, Carlos Tavares, signe le déclin du diesel mardi dans un entretien à la RTS. "On peut dire" que le diesel est en déclin, déclare le chef d'entreprise, "parce que l'opinion publique le pense".

Carlos Tavares invoque la volonté des États et des villes, en admettant que certaines restrictions sont douloureusement ressenties par le passionné d'automobile. Les restrictions décidées par Anne Hidalgo, la maire de Paris, "ça fait mal", dit-il.

"Le diesel est sur le déclin", selon le patron de PSA
L'actu en vidéo - Publié le 06 mars 2018

"Avec Macron, les patrons se sentent moins mal-aimés"

Le patron de 220'000 employés dans le monde se réjouit du nouveau climat des affaires créé par Emmanuel Macron en France. "Je le sens clairement", juge-t-il, saluant "un climat moins hostile aux entreprises" et un "soutien du cœur du pays" pour des "réformes sur des questions qui étaient il n'y a pas si longtemps taboues". 

"Les patrons se sentent moins mal-aimés. Chacun reconnaît maintenant que la création de richesse est un facteur social", dit-il. 

Carlos Tavares, qui avait été tancé par Emmanuel Macron alors ministre en raison de son salaire, estime n'avoir "de passif avec personne", parlant du "marché des patrons" qu'il compare à celui des "joueurs de foot ou des pilotes de Formule 1".

"Avec Macron, les patrons se sentent moins mal-aimés"
L'actu en vidéo - Publié le 06 mars 2018

"Avec mon argent, j'investis pour après"

Le patron de PSA, qui gère plus de 65 milliards de chiffre d'affaires, se reconnaît comme un "psychopathe de la performance": aucun mail non lu, usage aboli du papier et mode de vie strict.

"J'ai un mode de vie relativement simple, je fais corps avec mes collaborateurs", dit celui qui a gardé sa vieille montre suisse et des habitudes de vie plutôt austères dans le monde des patrons.

Que fait-il alors des millions de salaires accumulés? Il les investit: "Je fais ce que j'ai à faire dans mes investissements personnels. Je prévois l’après."

"Avec mon argent, j'investis pour après", dit Carlos Tavares
L'actu en vidéo - Publié le 06 mars 2018

dr

>> Extraits de l'entretien diffusés dans le 12h45 et le 19h30 sur RTS Un, mardi 6 mars 2018

Publié le 06 mars 2018 - Modifié le 06 mars 2018