Modifié le 29 décembre 2017

Action en dommages et intérêts déposée à Zurich contre Volkswagen

Le bâtiment de l'administration de VW à Wolfsbourg, en Allemagne.
Action en dommages et intérêts déposée à Zurich contre Volkswagen Le 12h30 / 1 min. / le 29 décembre 2017
La Fondation alémanique des consommateurs a déposé à Zurich une action en dommages-intérêts pour environ 6000 clients de Volkswagen lésés par le scandale des moteurs diesel truqués.

La valeur de ces véhicules a été surestimée au moment de la vente, justifie la Fondation alémanique des consommateurs (SKS) vendredi dans un communiqué. D'après les calculs de l'association, les clients ont payé en moyenne 15% de trop, soit un montant compris entre 3000 et 7000 francs, selon le prix d'achat du véhicule.

Dans sa plainte déposée auprès du tribunal de commerce de Zurich, l'association de défense des consommateurs vise Volkswagen et Amag, l'importateur de VW en Suisse. Aucune des deux entreprises n'est prête à négocier avec la SKS en vue de dédommager les clients, déplore l'association.

Objectif dépassé

Le dépôt de la plainte était prévu depuis des mois d'ici à la fin de l'année afin de préserver le délai de prescription. L'objectif initial de 2000 participants a été largement dépassé.

La SKS avait déjà déposé une autre plainte en septembre contre Amag et VW devant le tribunal de commerce de Zurich. La procédure vise à déterminer si les deux groupes ont trompé les automobilistes et violé le droit helvétique.

ats/vkiss

Lire aussi: Brandie contre VW, l'action collective n'a pas d'ancrage dans la loi en Suisse

Publié le 29 décembre 2017 - Modifié le 29 décembre 2017

Autre stratégie de la FRC

La Fédération romande des consommateurs a choisi une autre voie que la SKS, en rejoignant l'action du Bureau européen des unions de consommateurs (BEUC). Le recours collectif initié par la FRC a franchi une première étape judiciaire civile. Quelque 2000 dossiers devaient être déposés en Allemagne d'ici à la fin de l'année.

Le dépôt de l'action devant les tribunaux allemands doit permettre de mettre concrètement la pression sur le groupe VW, qui, pour l'instant, n'a répondu à aucune demande d'indemnisation de la part des consommateurs européens, contrairement à l'accord passé aux Etats-Unis.