Modifié jeudi à 08:53

La privatisation des aéroports, un choix risqué pour la branche aérienne

Des passagers marchent devant le terminal 1 de l'aéroport de Genève.
La privatisation des aéroports, un choix risqué pour la branche aérienne La Matinale / 1 min. / jeudi à 08:00
Privatiser les aéroports constitue un risque pour les compagnies aériennes et pour l'ensemble de la branche. C'est l'avertissement lancé mardi à Genève par son association faîtière IATA.

Le secteur aérien a beau afficher des résultats records, il a besoin d'infrastructures modernes pour faire face à l'augmentation du trafic passagers, estime l'Association internationale du transport aérien (IATA). Mais pour son directeur général, le Français Alexandre de Juniac, assurer leur développement en privatisant les aéroports constitue une erreur.

Amsterdam, Hong Kong, Dubaï, Singapour: les meilleurs aéroports du monde sont en mains publiques, et ils doivent le rester, pour des questions de qualité et de souveraineté nationale, estime IATA.

Maîtriser les coûts

Mais le combat de l'association est aussi économique. Un aéroport privatisé, pour les compagnies aériennes, signifie hausse des coûts, entre taxes et redevances. Les propriétaires doivent en effet amortir leurs investissements. A titre d'exemple, l'aéroport londonien de Heathrow, privatisé en 2006, serait aujourd'hui le plus cher et le plus saturé d'Europe.

Sur le Vieux Continent, les aéroports privatisés représentent 75% du trafic de passagers, contre 1% seulement aux Etats-Unis. Tous les aéroports ne sont toutefois pas privatisés à 100%, mais souvent au bénéfice d'une concession octroyée par une collectivité publique, qui reste maître des infrastructures et du terrain.

Privatisation en hausse

Quand bien même, les aéroports privatisés pourraient à terme supplanter en nombre les aéroports publics. La France s'apprête à finaliser la privatisation des aéroports parisiens, et l'Inde compte faire passer les siens de 50 à 100 via des fonds privés.

Olivier Schorderet/kkub

Publié jeudi à 08:22 - Modifié jeudi à 08:53