Modifié le 23 juin 2017

Une société s'empare du logo de Credit Suisse, symbole du mythique bonnet

Les bonnets bleu blanc rouge que portait cette classe de ski zurichoise en 1977 sont revenus à la mode.
Les bonnets que portait cette classe de ski zurichoise en 1977 sont revenus à la mode. [Str - Keystone]
Les bonnets de Credit Suisse (CS) sont devenus un objet culte, faisant rayonner l'ancien nom SKA à travers les générations. Une firme zurichoise veut le faire renaître. Elle s'est attribuée la marque, au grand dam de la banque.

Durant l'hiver 1977, Credit Suisse avait réalisé un coup marketing en distribuant gratuitement 800'000 bonnets bleu, blanc et rouge avec la croix entrelacée blanche et les initiales SKA, pour Schweizerische Kreditanstalt AG et CS pour Credit Suisse.

Quarante ans plus tard, ces couvre-chefs sont réapparus sur des milliers d'individus. Ils s'échangent sur internet, ou dans des magasins hipster. Mais ils ne feront bientôt plus référence à la grande banque, qui répond désormais au seul nom de Credit Suisse.

C'est désormais la société zurichoise Fischer & Co qui s'est assuré les droits du logo, du nom et de l'abréviation, relève vendredi le quotidien alémanique Tages-Anzeiger.

Une société financière SKA pourrait renaître

L'expropriation du nom va toutefois plus loin que la mode autour de cette coiffe. Derrière Fischer & Co se cache en réalité la société Schweizer Kredit AG, une société active dans le crédit à la consommation.

Or, son directeur Chris Moos n'a pas caché ses grandes ambitions pour sa société, qu'il compte renommer, dans un avenir proche, en... Schweizer Kreditanstalt AG. Les examens préliminaires du registre du commerce ont déjà été faits. Si tout se passe comme prévu, SKA pourra véritablement ressusciter.

Recours possible de Credit Suisse

La manoeuvre de la petite entreprise Schweizer Kredit AG a surpris Credit Suisse, qui a dit au Tages-Anzeiger, par la voix de son porte-parole, "étudier les origines de l'enregistrement de la marque, afin d'éviter toute confusion possible". La perspective d'un recours en justice resterait ouverte.

Mais la banque a peu de chance d'y parvenir, n'ayant pas renouvelé en 2014 la protection de la marque, qu'elle avait créée en 1996.

>> Sujet traité dans la revue de presse ce vendredi sur RTS La 1ère.

fme

Publié le 23 juin 2017 - Modifié le 23 juin 2017