Modifié le 19 juin 2017

UPC réagit en Suisse à l'abandon du "roaming" dans l'Union européenne

L'offre d'UPC pourrait secouer le marché en Suisse.
UPC réagit en Suisse à l'abandon du "roaming" dans l'Union européenne Le 12h30 / 2 min. / le 19 juin 2017
Le câblo-opérateur UPC annonce lundi de nouveaux abonnements pour mobile incluant le "roaming". Derrière l'aspect marketing, c'est surtout une nouvelle bataille qui se profile sur ce marché en Suisse.

La société va proposer trois nouvelles offres d'abonnement à prix cassés par rapport à la concurrence et incluant les frais d'itinérance. C'est la fin, depuis jeudi dernier, de ces frais entre opérateurs européens qui pousse UPC à l'offensive en Suisse.

>> Lire: Les frais de "roaming" pour les citoyens de l'Union européenne, c'est fini

Interrogé par la RTS, le fondateur du site scal.ch Pascal Martin explique cette offensive par la pression toujours plus grande des clients suisses, qui continuent à devoir payer l'itinérance à des prix souvent très élevés.

UPC motivé par l'arrivée de Salt sur le fixe

Mais ce spécialiste du marché voit surtout un aspect plus général, lié à la prochaine arrivée de Salt sur le marché de la téléphonie fixe (internet et de la télévision). "Le risque est important pour UPC de voir certains clients qui sont chez eux aujourd'hui pour le fixe et qui ont le mobile chez Salt, qu'au moment où Salt va arriver avec une offre qui sera certainement assez agressive, ils quittent UPC", estime Pascal Martin.

Le câblo-opérateur est pourtant presque insignifiant aujourd'hui sur le marché de la téléphonie mobile en Suisse, avec moins de 100'000 clients. Mais "c'est un acteur qui a beaucoup de poids et qui a plus de 2 millions de clients pour la télévision, donc c'est un acteur avec lequel il faudra compter", souligne le spécialiste, "parce que c'est plus facile de gagner un client lorsqu'on lui propose déjà des services tels que l'internet ou la télévision, plutôt que d'aller chercher un client qui doit se poser la question de savoir si c'est vraiment intéressant."

Possible réorganisation du marché en Suisse

Il est impossible, pour l'heure, de dire si l'on entre dans une nouvelle phase de réorganisation de ce marché global en Suisse. "C'est une phase qui va vers une certaine consolidation mais c'est difficile de dire exactement ce qui va se passer", note Pascal Martin. "Cela dépendra surtout du succès qu'aura Salt dans son offre de téléphonie fixe - internet et télévision. S'ils ont du succès, le marché risque de se retrouver avec quatre gros acteurs - Swisscom, Sunrise, UPC et Salt. Si Salt a plus de peine à se lancer sur le fixe (…) on se retrouvera avec trois gros acteurs; et le maillon faible actuellement c'est Salt, qui n'est présent que sur le mobile."

Propos recueillis par Didier Pradervand

Texte web: Olivier Angehrn

Publié le 19 juin 2017 - Modifié le 19 juin 2017

L'offensive d'UPC

L'abonnement forfaitaire le moins cher d'UPC incluant l'itinérance coûte 35 francs par mois et contient un nombre d'appels et de SMS illimités dans l'Union européenne (UE) et 1 gigabyte de données.

Pour les appels, cela n'est toutefois pas valable d'un pays européen à un autre.

La concurrence est nettement plus chère, selon les informations recueillies de l'ats. L'abonnement le moins cher, incluant les minutes et les données pour l'itinérance, coûte 60 francs par mois chez Swisscom.

Chez Salt, l'abonnement le moins cher coûte 89 francs. Chez Sunrise, le prix est de 100 francs et chez Yallo de 88 francs.