Modifié le 20 avril 2017

Travail.Suisse propose des mesures pour soutenir les travailleurs âgés

Travail.Suisse souhaite des mesures concrètes pour les travailleurs et travailleuses âgés.
Travail.Suisse alerte sur le nombre des travailleurs âgés au chômage Le 12h30 / 2 min. / le 19 avril 2017
La Suisse compte deux fois plus de chômeurs de plus de 50 ans que dans la tranche 25-49 ans. Le syndicat Travail.Suisse dit mercredi son inquiétude, avant une conférence nationale sur la question.

La conférence, qui se tiendra mardi 25 avril, est organisée par le conseiller fédéral en charge de l’Economie Johann Schneider-Ammann.

Le syndicat indépendant a fait part de ses revendications avant ce rendez-vous, avec un catalogue de mesures pour mieux protéger les travailleurs âgés sur le marché de l’emploi. Travail.Suisse propose par exemple d'allonger le délai de préavis avant un licenciement.

"Les travailleurs âgés courent le risque d'être licenciés s'ils ne répondent plus aux exigences des employeurs", souligne son président Adrian Wüthrich. "Prolonger le délai de préavis avant un licenciement, cela incitera les employeurs à investir davantage dans les travailleurs âgés. C'est une nécessité. Nous devons faire des investissements pour améliorer leur formation continue et éviter qu'ils ne soient congédiés et remplacés par de la main d'œuvre plus jeune ou provenant de l'étranger."

Le rôle crucial des entreprises

Et si le licenciement survient, les collectivités publiques doivent tout mettre en oeuvre pour réintégrer les travailleurs âgés, estime Adrian Wüthrich. "Il y a de plus en plus de métiers que l'on a appris mais qui ne sont plus demandés. Il faut donc fournir des réponses aux demandeurs d'emploi qui pourraient ne pas savoir quoi faire si on remarque que leur profession est en train de disparaître. Ces conseils peuvent être prodigués par les offices d'orientation cantonaux, y compris pour les travailleurs âgés. Mais ces propositions de carrière doivent surtout être faites dans le cadre des entreprises, les entretiens d'évaluation doivent trouver leur importance, il faut expliquer aux collaborateurs comment ils peuvent se développer de façon concrète et individuelle."

Peu d'espoirs en Johann Schneider-Ammann

Maintenir l'employabilité des travailleurs âgés, étoffer l'offre de formation continue, éviter les licenciements et augmenter les chances des chômeurs âgés de réintégrer le marché de l'emploi: Travail.Suisse attend sur ces questions des réponses concrètes du conseiller fédéral Johann Schneider-Ammann mardi prochain.

Mais le syndicat ne se fait guère d'illusions. Il sait que le ministre de l'Economie préfère un marché de l'emploi libéral, un cadre réglementaire le plus souple possible sans intervention de l'Etat. "C'est la troisième fois que la question des travailleurs âgés sera débattue dans une telle conférence. Jusqu'ici, il n'y a pas eu de réelles avancées", constate Adrian Wüthrich. "Pour cette année, nous n'espérons pas grand-chose non plus. Nous savons que Monsieur Schneider-Ammann préfère qu'il n'y ait aucune modification légale, c'est pour cette raison que nous continuons à pointer du doigt la problématique des travailleurs âgés."

Pietro Bugnon/oang

Publié le 19 avril 2017 - Modifié le 20 avril 2017