Modifié le 14 janvier 2016

La "4ème révolution industrielle" au programme du WEF de Davos

Plus de 2500 décideurs politiques, patrons d'entreprise ou d'organisations et experts académiques convergeront à Davos.
La "4ème révolution industrielle" au programme du WEF de Davos Le Journal du matin / 2 min. / le 14 janvier 2016
Plus de 40 dirigeants se rendront la semaine prochaine à Davos (GR), a annoncé mercredi à Genève le Forum économique mondial (WEF), dédié cette année à la "4ème révolution industrielle".

Les chefs d'Etat et de gouvernement côtoieront quelque 2500 leaders économiques et d'opinion, qui assisteront à ce 46ème forum annuel, du 20 au 23 janvier. La station de sports d'hiver prendra pendant quelques jours des allures de camp retranché, pour des raisons de sécurité.

L'un des enjeux principaux sera de discuter des défis et conséquences de la "4ème révolution industrielle".

Fusion des technologies

Parmi les chefs d'Etat et de gouvernement figurent Mauricio Marci (Argentine), Justin Trudeau (Canada), Alexis Tsipars (Grèce), Joe Biden (USA), David Cameron (Royaume-Uni), Manuel Valls (France), Joachim Gauck (Allemagne) et Benjamin Netanyanu (Israël).

L'invitation faite à la Corée du Nord a elle en revanche été annulée la semaine dernière après les essais nucléaires menés par Pyongyang.

Selon Klaus Schwab, président fondateur du WEF, "la 4ème révolution industrielle fait référence à la fusion des technologies", notamment dans le monde digital, ce qui "a des effets très importants sur les systèmes politiques économiques et sociaux".

>> Les précisions de Pascal Jeannerat au 12h45:

A Davos c’est l’ouverture du 46e forum économique mondial
12h45 - Publié le 13 janvier 2016
 

agences/kkub

Publié le 13 janvier 2016 - Modifié le 14 janvier 2016

Systèmes de production bouleversés

Le monde se trouve à l'aube d'une quatrième révolution industrielle, qui fusionne les technologies et brouille la démarcation entre les sphères physiques, numériques et biologiques.

Contrairement aux mutations passées, elle va bouleverser des systèmes entiers de production, de distribution et de consommation, prédit Klaus Schwab.