Mise à jour le 03 mai 2013

Entretien exclusif avec Christine Lagarde

La directrice du Fonds monétaire international (FMI) Christine Lagarde s'est rendue jeudi au symposium de Saint-Gall.
La directrice du Fonds monétaire international (FMI) Christine Lagarde s'est rendue jeudi au symposium de Saint-Gall. [RTS]
Au lendemain des manifestations anti-austérité du Premier mai, la directrice du FMI Christine Lagarde, interrogée par la RTS, a estimé "qu'il faut continuer l'effort".

Présente en Suisse pour le symposium de Saint-Gall, la patronne du Fonds monétaire international (FMI) Christine Lagarde estime "qu'il faut continuer l'effort" concernant les politiques d'austérité.

Interrogée par la RTS, Christine Lagarde est l'invitée jeudi du 19:30 de la RTS. Visionnez ci-dessus la version longue de l'entretien ou par thèmes ci-dessous.

Poursuivre l'effort de rigueur

Malgré les nombreuses manifestations en Europe contre les politiques d'austérité, Christine Lagarde enjoint à garder le cap. Pour la cheffe du FMI, il faut arriver à faire cette équation très fine qui met en place une discipline budgétaire, mais à un rythme qui permet aux facteurs de croissance de se développer.

Info - Publié le 02 mai 2013
 

L'exception suisse

"Je connais bien la Suisse et j'aime beaucoup la Suisse", a déclaré Christine Lagarde, qui a expliqué sa vision de la réussite suisse, un succès qui passe notamment par la confiance des paramètres économiques. Elle a aussi souligné la connexion forte entre la Suisse et ses voisins, qui pourrait ralentir la dynamique suisse.

Info - Publié le 02 mai 2013
 

Le regard de Christine Lagarde sur l'Europe

La directrice du FMI souhaite plus de solidarité en Europe et souligne l'exemple allemand dans une Europe en crise. Selon elle, l'Allemagne tire aujourd'hui le bénéfice de ses réformes engagées depuis une quinzaine d'années. L'Union bancaire européenne serait un bon moyen de démontrer la solidarité en Europe, a-t-elle expliqué.

Info - Publié le 02 mai 2013
 

Malgré l'affaire Tapie, Christine Lagarde ne quittera pas le FMI

Alors que son mandat à la tête du FMI se termine en 2016, Christine Lagarde raconte avoir "d'autres préoccupations" qu'une éventuelle candidature à l'élection présidentielle française en 2017.

Par ailleurs, la directrice du FMI a déclaré que, même si une enquête est ouverte dans l'affaire Tapie, elle ne quittera pas son poste. Elle a été convoquée en mai par la justice française pour s'expliquer.

Pour rappel, Christine Lagarde est soupçonnée d'avoir réglé par un arbitrage privé un litige judiciaire concernant la revente en 1993 par le Crédit lyonnais d'Adidas, alors contrôlé par l'homme d'affaires Bernard Tapie.

Info - Publié le 02 mai 2013

vtom