Modifié le 17 juillet 2012

Une nouvelle enquête contre Microsoft par la Commission européenne

La Commission européenne va ouvrir une enquête pour déterminer si Microsoft a respecté ses engagements dans le cadre d'un accord sur le choix entre plusieurs navigateurs internet.
Dans un communiqué, Microsoft concède "ne pas avoir pris" ses responsabilités, tout en reconnaissant qu'il devait effectivement fournir un "écran de choix du navigateurs" . [Charles Platiau - REUTERS]
La Commission européenne va lancer une enquête contre Microsoft pour avoir privé les utilisateurs européens du libre choix entre plusieurs navigateurs Internet.

La Commission européenne va ouvrir une enquête pour déterminer si Microsoft a respecté ses engagements pris en 2009, dans le cadre d'un accord sur le choix entre plusieurs navigateurs internet. En cas de non-respect, les sanctions pourraient être "lourdes".

Le Commissaire européen à la Concurrence Joaquin Almunia a précisé avoir des indications selon lesquelles Microsoft n'a pas proposé d'écran avec plusieurs navigateurs ou "écran de choix du navigateurs" (BCS), à la place de son navigateur web, Internet Explorer, lié à son système d'exploitation pour PC, Windows.

Dans un communiqué, Microsoft concède "ne pas avoir pris" ses responsabilités, tout en reconnaissant qu'il devait effectivement fournir un "écran de choix du navigateurs" or BCS.

Promesses non tenues

En décembre dernier, la Commission européenne avait accepté les propositions de Microsoft pour ne plus enfreindre la loi européenne sur la concurrence déloyale, mais sa décision rendait les engagements de l'entreprise juridiquement contraignants.

Microsoft s'était alors engagé à proposer pendant cinq ans, au sein de l'Espace économique européen, un écran multi-choix qui permettra aux utilisateurs de Windows XP, Windows Vista et Windows 7 de sélectionner le ou les navigateurs web qu'ils souhaitent installer en plus d'Internet Explorer, ou à la place.

sipa/yzihind

Publié le 17 juillet 2012 - Modifié le 17 juillet 2012