Mise à jour le 22 octobre 2011

La zone euro prête à aider la Grèce

Christine Lagarde, directrice du FMI, en pleine discussion avec notamment Jean-Claude Juncker, chef de file des ministres des Finances de la zone euro.
Christine Lagarde, directrice du FMI, en pleine discussion avec notamment Jean-Claude Juncker, chef de file des ministres des Finances de la zone euro. [Virginia Mayo - Keystone]
Les ministres des Finances de la zone euro ont donné leur feu vert de principe vendredi soir au déblocage d'un prêt de 8 milliards d'euros au total en faveur de la Grèce qui en a impérativement besoin pour éviter la faillite, ont indiqué à l'AFP des diplomates européens. Il faut néanmoins que le FMI donne son accord.

Les ministres "ont donné leur accord pour la 6ème tranche du prêt pour la Grèce", a dit une de ces sources. Un autre diplomate a confirmé le feu vert. Il s'agit d'une tranche tirée du premier plan de sauvetage en faveur d'Athènes décidé l'an dernier, d'un montant de 110 milliards d'euros au total.

"Le déblocage doit intervenir dans la première moitié de novembre sous réserve du feu vert du conseil d'administration du FMI", ont-ils affirmé dans un communiqué. La décision prise à Bruxelles fait suite au vote la veille par le Parlement grec en faveur d'une nouvelle cure de rigueur, en dépit de la protestation de la population, sur fond de grève générale dans tout le pays.

Le plan prévoit de nouvelles coupes salariales et le placement en chômage technique d'environ 30'000 personnes dans le secteur public. Au total, plus de 50'000 personnes avaient défilé dans les rues d'Athènes jeudi, au lendemain d'une manifestation géante qui avait réuni plus de 70'000 personnes dans la capitale et 125'000 dans tout le pays, selon la police.

"Davantage de progrès"

Mais les ministres appellent Athènes "à réaliser davantage de progrès dans la mise en oeuvre des réformes structurelles et du programme de privatisations". Le versement effectif à la Grèce du prêt dépendra au bout du compte du feu vert du Fonds monétaire international (FMI) qui le cofinance, ont indiqué les ministres des Finances de l'Union monétaire réunis à Bruxelles.

Les ministres ont confirmé leur promesse de mettre sur pied un deuxième plan de sauvetage en faveur du pays, le premier s'étant révélé insuffisant.

"Afin d'assurer la soutenabilité de la dette, nous concluerons un second programme d'ajustement économique avec la Grèce, avec une combinaison appropriée de nouveaux financements publics et d'implication du secteur privé", déclarent-ils. Ils ne fournissent toutefois aucun détail sur la participation des banques créancières de la Grèce à la restructuration de la dette grecque, qui s'annonce plus musclée que celle décidée le 21 juillet.

Les ministres soulignent que "la situation macroéconomique s'est dégradée" depuis le début de l'été et que "les défis économiques restent importants" en Grèce. Ils saluent néanmoins les "efforts de consolidation budgétaire substantiels réalisés par le gouvernement grec, qui lui permettront d'atteindre ses objectifs pour 2012" en matière de réduction du déficit public.

ats/vkiss

Lire aussi: Le blocage entre la France et l'Allemagne persiste

Lire aussi: Zone euro: dette publique plus haute en 2010

Lagarde recommanderait le soutien

La directrice générale du FMI Christine Lagarde va recommander à son conseil d'administration de débloquer le prêt vital de 8 milliards d'euros dont la Grèce a besoin en novembre pour éviter la faillite, a affirmé vendredi soir à l'AFP une source proche du dossier.

"Christine Lagarde va recommander au conseil d'administration de débloquer le prêt. Ce n'est pas une simple formalité, mais son avis devrait peser", a précisé cette source. La réunion du "board" du FMI aura lieu dans la première moitié de novembre, a-t-elle ajouté, sans plus de précisions.