Modifié le 28 juin 2010

Les dettes grecques minimes en Suisse

Les banques françaises et allemandes sont les principaux bailleurs de fonds des emprunteurs grecs.
Les banques françaises et allemandes sont les principaux bailleurs de fonds des emprunteurs grecs. [Reuters]
Les banques suisses figurent loin derrière dans la liste des créanciers de l'Etat et autres débiteurs grecs. Leurs prétentions sont passée de 64 à seulement 3,6 milliards de dollars grâce au déménagement au Luxembourg l'an passé de la holding grecque EFG Group.

Ces chiffres ressortent des dernières statistiques de la Banque
des règlements internationaux (BRI) établie à Bâle, paru il y a
quelques jours. La Suisse est ainsi bien loin des banques
françaises et allemandes, actuellement principaux bailleurs de
fonds des emprunteurs grecs avec des créances à hauteur de
respectivement 75 milliards et 45 milliards de francs, d'après les
chiffres de la BRI.





Selon des milieux financiers, cette évolution tient au départ de
Genève pour le Luxembourg à fin 2009 de la holding EFG Group, qui
contrôle également la banque EFG en Grèce. Le changement de
domicile de la société, en mains de la famille de l'armateur et
financier hellène Spiros Latsis, avait été à l'époque peu
remarqué.





La famille Latsis contrôle aussi la banque privée zurichoise EFG
International, gérée comme institut indépendant et dont les actions
sont négociées depuis environ cinq ans à la Bourse suisse.





Mercredi matin, le titre EFG a plongé de 8,8%, mais s'est ressaisi
par la suite. Vers 15h00, il cédait toutefois encore 4,4% à 18,50
francs, dans un marché SPI en repli de 0,4%. La banque, qui gère
des avoirs de clients pour quelque 100 milliards de francs, avait
annoncé être peu affectée par la crise grecque. Selon elle, à peine
un pour cent de sa somme de bilan aurait un rapport avec la
Grèce.





agences/lan

Publié le 29 avril 2010 - Modifié le 28 juin 2010