Paléo, d'hier à aujourd'hui

Depuis sa naissance un jour d'avril 1976, Paléo aura connu trois appellations, déménagé à deux reprises et côtoyé cinq décennies. A Nyon, les artistes, les modes et les courants musicaux se sont succédé mais le festival aura toujours su conserver un attribut essentiel, celui de sa modernité.

Scroll

L'esprit du lieu

L'environnement dans lequel se déroule un festival façonne son identité. Quand le public arrive, avant même que ne résonne la première note de musique, il est saisi par le lieu et son atmosphère.

Les variations sont infinies: une salle avec des sièges en cuir, ou alors un immense pâturage au clair de lune, la proximité d’une rivière, peut-être un panorama de montagne ou alors les entrailles d’un club sous-terrain en pleine ville… Selon l’endroit où on se trouve, on ne sera pas dans les mêmes dispositions, on ne sera pas dans le même esprit.

>> Découvrez l'évolution du festival grâce aux archives de la RTS

 

Festivaliers admirant un arc-en-ciel en 2007 à Paléo.
Culture - Publié le 17 juillet 2015

D'une salle obscure…

Le 2 avril 1976, le "First Folk Festival" voit le jour à la salle communale de Nyon. Lors du concert de Malicorne, l’éclairage de la scène disjoncte mais la pénombre n’entame pas l’enthousiasme des 1800 spectateurs. Le festival lorgne déjà par la fenêtre. Spontanéité de l'époque, les artistes embarquent sur une calèche, empoignent leur guitare et sillonnent les rues endormies de cité nyonnaise. Ebahis, les passants découvrent une bande de joyeux lurons emmenée par Daniel Rossellat, Jacques Monnier et Emile Felber. Nul n'imagine alors que l'aventure sera longue...

Malicorne sur la scène de la salle communale de Nyon.
Malicorne sur la scène de la salle communale de Nyon. [Dany Gignoux - ©Paléo ]


>> Reportage dans les rues de Nyon
En 1976, les musiciens descendent dans les rues de Nyon pour rameuter la foule à la salle communale.
Atelier - Publié le 08 mai 1976

... aux rives du lac

Dès sa deuxième édition, le festival prend ses quartiers au bord du Léman à Colovray, en plein coeur de l’été. L'affluence décuple et l’affiche s’étoffe. Le festival veut s'ancrer dans le paysage. Pourtant, les premières difficultés surviennent avec les années 80. Fragilisée par des finances précaires et menacée par les projets immobiliers du propriétaire du terrain, la manifestation se cherche de l’air. En 1983, elle adopte l'appellation de "Paléo Folk Festival", certaine qu'elle quittera Nyon l'année suivante. Le déménagement à Vych avorte, le nouveau nom, lui, perdurera.

Vue aérienne du site de Colovray en 1989.
Vue aérienne du site de Colovray en 1989. [Fabergé - ©Paléo ]


>> Séquence souvenirs à Colovray
Proche du lac, Colovray marque l'âge d'or de Paléo.
La tête ailleurs - Publié le 16 avril 2015

Destination la plaine de l'Asse!

En 1990, les démêlés juridico-politiques s’achèvent enfin. Paléo emménage à Trélex où une surface agricole de 38'000 m2 est louée pour ériger les trois scènes. Pour cette quinzième édition, un défi se pose alors aux organisateurs du plus grand festival de Suisse: conserver dans ce nouveau cadre bucolique la convivialité et l’atmosphère festoyante qui prévalaient à Colovray.

Durant un quart de siècle, le festival ne cesse de prendre de l’ampleur: la surface quadruple, le nombre de scènes double, les stands de nourriture essaiment, les artistes de rues se joignent aux musiciens. Au coeur de la plaine coule l’Asse, une rivière paisible dont le flot est bien moins tumultueux que celui des visiteurs ou des décibels. Qu’en disent les voisins de Paléo?

 

>> Enquête de voisinage de la RTS en 2000

Nardo Fernandez en 1999, voisin du Paléo festival de Nyon, ne raterait pour rien au monde le festival.
Nyon Folk Festival - Publié le 23 juillet 2000
 

Le brassage musical

En quarante ans, Paléo aura proposé plus de quatre mille concerts, multiplié les scènes et même créé un village thématique. Il aura fait preuve d'une ouverture d'esprit à l'égard de bien des styles musicaux et des cultures. Si le choix du brassage permanent a fait la réputation du festival, il était, à l'origine, loin d'être inscrit dans son ADN.

La scène de Colovray en 1984.
La RTS aux festivals - Publié le 18 juillet 2015
 

Au commencement, il y avait le folk...

Inspirés par le Festival de Cambridge, Daniel Rossellat, Jacques Monnier et Emile Felber jettent leur dévolu sur le folk, une musique faite de guitares sèches, de cornemuse ou de flûte. Cette orientation musicale peut surprendre. S’il n’est pas en décalage avec son temps, le folk n’est pas non plus à l'avant-garde dans ces années 70 finissantes. Celles qui voient déferler en Europe la vague punk ou les sonorités synthétiques.

Dans le bassin lémanique, en revanche, le mouvement folk s'inscrit comme une contre-culture qui présente l’avantage d’être paisible, pacifique. Plus étonnantes sont les aspirations des organisateurs pour la deuxième édition. Ils penchent vers la scène folk locale, voire régionale. Pas de rêves de grandeur ni de vedettes en vue. Un choix qui ne fera pas long feu…

On aimerait assez axer sur les groupes suisses de folk et laisser de côté les vedettes

Emile Felber, confondateur du Nyon Folk Festival, 1976

La chanteuse de folk Julie Felix et son fils sur la scène de Colovray, en 1977 à Nyon.
La chanteuse de folk Julie Felix et son fils sur la scène de Colovray, en 1977 à Nyon. [ - ©Paléo ]
 

Nina Hagen, égérie punk à Nyon en 1986.
Nina Hagen, égérie punk à Nyon en 1986. [ - ©Paléo ]
 

En 1979, les chanteurs français Georges Moustaki et Alain Souchon ouvrent une brèche dans la programmation. La mue se poursuit en 1984 avec la venue du Brésilien Gilberto Gil. En 1985, l'ambiance sonore s'électrifie avec la présence des Cure. En 1986, l'agressivité monte d'un cran grâce au punk de Nina Hagen. Cette année-là, l'appellation contrôlée "folk" disparaît définitivement des affiches. La musique folk, elle, ne fera plus que des apparitions sporadiques sur l'affiche: Joan Baez en 1988 et 1994.

La fin des chapelles

Dans les années 90, le foisonnement culturel est désormais devenu la marque de fabrique du Paléo. Le reggae de Jimmy Cliff ou le jazz de Miles Davis résonnent sur l'Asse. Les musiques du monde se sont "institutionnalisées" grâce à la création d'un village thématique récurrent dès 2003.

Les musiques électroniques se joignent aussi à la partie dès le tournant du siècle. Le tour de force de Paléo tient du jeu de contrastes qu'il pratique sur sa grande scène. Il convie tour à tour la techno radicale des Prodigy, le métal lourd de Rammstein mais aussi des artistes plus consensuels. Les humoristes comme Djamel Debbouze ou Gad Elmaleh sont même invités sur l'estrade principale.

Aujourd'hui, les chapelles musicales sont tombées, les styles ont fusionné, ils sont devenus hybrides et les tribus sont unifiées. 

En 2015, devinez qui se cache sur l'affiche de Paléo juste derrière un David Guetta au sommet de la vague? Les héros de la première heures, Malicorne. 

Le groupe de métal Rammstein, en concert à Nyon le 22 juillet 2005.
Le groupe de métal Rammstein, en concert à Nyon le 22 juillet 2005. [Lionel Flusin - ©Paléo]
 

Au coeur de la foule

Au milieu de la foule, il y a le festivalier. A quoi ressemble-t-il? Comme Paléo a un peu changé depuis ses débuts, les gens qu’on y croise ne sont plus tout à fait les mêmes....

Jeu d'Ombres à Paléo.
Culture - Publié le 17 juillet 2015
 

Les années défilent, la musique évolue, les modes passent, certains attributs du festivalier restent, eux, immuables...

Hier

Le public de Colovray, en 1978.
Le public de Colovray, en 1978. [ - Paléo]

 

Des festivaliers sur leur hamac, en 1979 à Colovray.
Des festivaliers sur leur hamac, en 1979 à Colovray. [ - ]
 

Aujourd'hui

Entre deux concerts devant la grande scène.
Entre deux concerts devant la grande scène. [Valentin Flauraud - ]

 

A l'heure de la sieste sur la plaine de l'Asse.
A l'heure de la sieste sur la plaine de l'Asse. [Anne Colliard - ©Paléo]
 

Au dessus de la foule...

Générations d'artistes

Ils ont fait les débuts du festival et ils reviennent cette année. Qui sont leurs héritiers, ceux avec qui ils partagent l'affiche aujourd'hui? Ceux qui reviendront demain, dans 20, 30 ou 40 ans pour incarner la continuité de Paléo...
 

Johnny, éternel sur la scène.
La RTS aux festivals - Publié le 20 juillet 2015
 

Joan Baez, figure du folk engagé.
Joan Baez, figure du folk engagé. [Marisa Rastellini/leemage - ]

>> Rencontre avec Joan Baez en 1994 à Paléo

Rencontre avec Joan Baez, lors de sa venue au Paléo en 94
Culture - Publié le 20 juillet 2015

 

Gabriel Yacoub, chanteur de Malicorne, groupe de folk traditionnel français.
Gabriel Yacoub, chanteur de Malicorne, groupe de folk traditionnel français. [ - Julien Guezennec]
e

>> Interview de Malicorne à Colovray, 1977

Interview de Malicorne au Folk Festival de Nyon en 1977
Culture - Publié le 20 juillet 2015
 

Kate Tempest, entre poésie et hip hop.
Kate Tempest, entre poésie et hip hop. [Jean-François Monnier - ]

>> "Circles" - Clip de Kate Tempest

 

Le Chinois Wang Li, adepte de la musique incantatoire.
Le Chinois Wang Li, adepte de la musique incantatoire. [Hai Zang - ]



>> Wang Li au Jew Harp Festival, 2008

 

Et demain?

En 2014, un poisson d’avril dans la presse romande envoyait Paléo à Divonne sur un terrain situé à cheval sur la frontière franco-suisse. On pourrait accéder à Paléo indistinctement depuis la France ou depuis la Suisse. On s'est mis à imaginer la chose. Paléo, zone franche, Paléo enclave européenne, Paléo territoire autonome! L'air du temps, une fois de plus…

>> Retournez au dossier:

Crédits

 

Journaliste: Yann Zitouni

Montage & réalisation vidéo: Laurent Hauert

Graphisme: Agnès Rubin \ David Dunand

Documentation: Vincent Seriot et l'équipe D+A de la RTS

 

Réalisation web: Olivier Schwegler

 

Rédaction Culture - RTSInfo - Unité Musiques et Variétés - 2015

Avec l'aide de la

Logo Fonsart
Logo Fonsart [ - ]