Modifié le 17 août 2015

Un jeune Vaudois de 27 ans superstar de la télévision chinoise

Politbox - Liam Bates
Politbox - Liam Bates Info / 4 min. / le 14 août 2015
A l'occasion de sa sortie consacrée aux Suisses de l'étranger, politbox s'est entretenu avec Liam Bates. Né à Morges (VD), cet aventurier de 27 ans est depuis 2011 la coqueluche de la télévision chinoise.

Après une enfance passée entre Saint-Prex (VD) et Mollens (VS), Liam Bates s'est fait connaître en Chine en 2011. Alors âgé de 23 ans, il remporte le prix de l'éloquence lors d'un concours de langue sur la télévision chinoise, devant plus de 300 millions de téléspectateurs.

La télévision, Liam Bates ne la quitte plus: il passe les années suivantes à arpenter la campagne chinoise pour une émission de voyages, puis fait découvrir la Suisse aux millions de téléspectateurs de son pays d'accueil. Cette série de vidéos à travers la Suisse, visionnées près de 2 millions de fois sur internet, lui a valu un prix spécial de la TV chinoise.

>> Le premier épisode de "Liam Bates, home to Switzerland":

"Les Chinois qui ont regardé ces reportages ont insisté sur la chance que l'on a de vivre en Suisse", a expliqué Liam Bates à politbox. "Si vous vous cassez une jambe en montagne en Suisse, il y a la Rega pour vous héliporter. Ici, en Chine, vous devrez marcher 20 kilomètres", rigole-t-il.

Le natif de Morges pointe également du doigt la pollution qui fait rage à Pékin, où il vit. "Jusqu'à il y a deux ans, c'était un sujet tabou dans les médias. Maintenant, les autorités ont décidé de déclarer la guerre à la pollution", témoigne celui que les Chinois appellent "Li Mu".

Guerre contre internet

Autre combat du gouvernement chinois: l'usage d'internet et des réseaux sociaux. "Ce qu'on entend en Suisse est vrai. Facebook, Google ou YouTube, tout est interdit en Chine, même si on arrive quand même à y avoir accès", précise le jeune homme.

Mais l'Empire du Milieu offre aussi certaines libertés. "On ne se sent pas du tout opprimé. Au contraire, j'ai l'impression qu'on peut faire vraiment ce qu'on veut, parfois davantage qu'en Suisse", conclut le "Suisse le plus connu en Chine après Roger Federer", selon les médias chinois.

Adrien Schnarrenberger et Mathieu Henderson

>> Revoir la 8e sortie de politbox en intégralité:

 

 

Publié le 17 août 2015 - Modifié le 17 août 2015

Être suisse: entre fierté et reconnaissance

Pour sa huitième sortie, politbox s'est intéressé à l'identité nationale: qu'est-ce que cela signifie, en 2015, d'être Suisse? La question a été débattue en marge du festival Plein-les-Watts, dans la campagne genevoise.

Les utilisateurs de politbox, l’application-jeu de la SSR en vue des élections fédérales, ont également été interrogés. Plus de 2600 réponses ont été collectées à la question "Comment percevez-vous le fait d'être suisse?". Près de 40% des sondés ont répondu "de la fierté", 38% "de la reconnaissance", tandis que 7% ont indiqué être "indifférent(e)". Seuls 2,3% ont répondu "de l'insatisfaction", tandis que 14% ont dit ne pas avoir d'avis.

A noter que les avis récoltés ne reflètent que l'opinion de la communauté. Les réponses ne sont pas pondérées comme lors de sondages officiels.

Participez à politbox!

Lancée début mai, l’application-jeu pour smartphone politbox propose un quiz disponible dans les quatre langues nationales, ainsi qu’en anglais, avec de nombreuses questions sur la Suisse et ses habitants. Ce jeu de connaissance est enrichi chaque semaine avec de nouvelles questions en lien avec l'actualité ainsi que des questions d'opinion.

Les joueurs politbox peuvent aussi se retrouver sur les réseaux sociaux pour dialoguer et échanger.

www.facebook.com/politbox
www.twitter.com/politbox
www.instagram.com/politbox