Modifié le 26 juillet 2015

Les Suisses de l'étranger ont leur place au National, selon le PS

Le PS présente ses candidats de l'étranger.
Le PS présente ses candidats de l'étranger Le 12h30 / 2 min. / le 23 juillet 2015
Le Parti socialiste entend se battre pour que les 580’000 Suisses qui vivent à l'étranger aient un représentant sous la Coupole après les fédérales. Le diplomate Tim Guldimann semble le mieux placé à Zurich.

Les Suisses de l'étranger "participent depuis toujours au succès et à la diversité culturelle du pays et cela doit être enfin reconnu. Par leurs expériences diverses, ils peuvent apporter beaucoup au pays", indique le PS jeudi en présentant sa plateforme internationale.

Le PS International va lancer dans plusieurs cantons des listes "internationales" apparentées aux listes principales ou des candidats intégrés aux autres listes lors des élections fédérales d'octobre. Une élection à Berne serait une grande première.

Tim Guldimann à Zurich

Au total, il y a 14 candidats socialistes dans quatre cantons, Genève, le Tessin, Zurich et Schaffhouse, qui proviennent de pays aussi divers que le Brésil, l'Argentine ou le Japon.

Dans ce canton, le PS mise beaucoup sur Tim Guldimann, un diplomate reconnu sur la scène internationale qui s'est fait un nom en tant qu'en ambassadeur en Iran et en Allemagne et avec ses divers mandats de négociateur de l'OSCE, en Ukraine notamment.

Tim Guldimann a expliqué quelle expérience et quels savoir-faire les Suisses de l'étranger apportent, estimant aussi qu'il "pourrait sensiblement contribuer à décrisper la relation qu’entretiennent actuellement la Suisse et l'Union européenne."

>> Ecouter l'interview de Tim Guldimann dans le Journal du matin:

Tim Guldimann, diplomate et candidat socialiste au Conseil national cet automne.
Ronald Zak - Keystone/AP Photo
L'Invité de la rédaction - Publié le 24 juillet 2015

Des tracas quotidiens

Thomas Gantenbein, candidat sur la liste internationale du PS schaffhousois, a aussi communiqué les tracas que lui cause son statut de Suisse de l'étranger, tracas qui pourraient être atténués avec une représentation au Parlement.

PostFinance lui a ainsi annoncé récemment qu'il allait résilier les contrats de carte de crédit des citoyens suisses vivant à l’étranger.

"Nous ne sommes pas des citoyens de seconde catégorie que les banques peuvent facilement et impunément arnaquer", dénonce-t-il dans le communiqué du PS.

boi

Publié le 23 juillet 2015 - Modifié le 26 juillet 2015

Pas de 27e canton

Il est possible à n'importe quel Suisse de l'étranger de se présenter à l'élection du Conseil national via le canton où il est enregistré. Pour le Conseil des Etats, ce sont les cantons qui peuvent offrir ou non cette possibilité, la Confédération n'ayant pas son mot à dire.

L'idée de créer une circonscription électorale, soit un 27e canton, avait été avancée par le passé. La cinquième Suisse pourrait ainsi avoir sa propre députation au National et deux conseillers aux Etats. Mais une initiative parlementaire de Carlo Sommaruga (PS/VD) en ce sens a été enterrée en 2009 par la Chambre des cantons.

Le PLR se positionne aussi

Le PLR a dans le même temps publié un communiqué pour demander que "les intérêts de la Cinquième Suisse soient représentés efficacement au Parlement".

Le parti a précisé qu'il n'entendait pas constituer de nombreuses listes, jugeant plus efficace de faire appel aux candidats au Conseil national déjà inscrits sur les listes cantonales. Et de préciser que les listes ne sont pas closes et qu'il est toujours possible de devenir candidat.