Modifié le 08 février 2018

Cargo Congo-Lausanne, du théâtre beau comme un camion

Le camion de Cargo Congo-Lausanne et son gradin intégré.
Cargo Congo Nectar / 53 min. / le 06 février 2018
La pièce "Cargo Congo-Lausanne", à voir actuellement au Théâtre de Vidy, transporte les spectateurs dans le monde des routiers avec un trajet Goma-Lausanne qui passe par le Rwanda, la Tanzanie, les ports de Dar-Es Salam et Anvers. Récit d'un voyage théâtral.

C’est du théâtre. Nous sommes 50 spectateurs assis sur un gradin à l’arrière d’un camion en marche. Nous restons à l’intérieur, bien au chaud, attachés avec des ceintures de sécurité. La scène, c’est le paysage. Il défile devant nous, visible à travers la paroi latérale du camion, en fait une immense vitre sans teint.

C’est aussi du cinéma: sur cette vitre s’abaisse régulièrement un écran avec des images de bords de routes, des sons, de la musique, le tout commenté en direct par les chauffeurs. Adieu Lausanne et sa banlieue. Nous voici loin, très loin, du côté de la République démocratique du Congo.

De vrais routiers aux commandes

"Cargo Congo-Lausanne", c’est aussi un "road trip" dont vous êtes le participant, un peu chasseur de safari, un peu auto-stoppeur, un peu marchandise transportée en toute légalité. Vous partagez la vie et les conversations des deux chauffeurs.

Le Congolais Roger Sisonga et le Chaux-de-Fonnier Denis Ischer sont de vrais routiers. Pas des comédiens qui joueraient au camionneur. Et ces deux-là connaissant leur métier. Bienvenue à bord de la dernière création du Collectif Rimini Protokoll et de son metteur en scène, le Soleurois Stefan Kaegi.

Nous circulons dans les banlieues de l’Ouest lausannois, entre un centre de tri et une usine d’aciérie. Nous passons la douane de Goma pour entrer en Tanzanie, les billets préparés dans le passeport pour faciliter les formalités auprès des douaniers. Les images, les sons et les commentaires s’intercalent, se superposent, se brouillent. Où sommes-nous vraiment?

La route délie les langues

Les repères disparaissent dans ce labyrinthe d’entrepôts, d’usines, d’autoroutes, de stations-service, de drive-in. La nuit, avec ses éclairages, ses enseignes publicitaires, devient magique. Au fur et à mesure que la route file, la conversation des chauffeurs se fait plus intimiste. La route délie les langues, favorise la confession.

Deux heures durant, dans la nuit de l’Ouest lausannois, vous regardez un paysage pour la première fois. Un paysage que vous aviez pourtant croisé mille fois sans lui prêter la moindre attention auparavant.

Le Collectif Rimini Protokoll

Notre agence de voyages porte ce nom singulier, récompensé depuis 2015 par la plus haute distinction du théâtre helvétique: le Collectif Rimini Protokoll. On leur doit un autre spectacle qui a marqué les esprits. Il s’appelle "Nachlass". Il se passe également d’une traditionnelle scène de théâtre. "Nachlass" est une sorte d’appartement. Chaque chambre y abrite les souvenirs et surtout la parole d’une personne décédée ou bientôt décédée. Ce type de théâtre, on peut l’appeler documentaire, théâtre du réel, ou théâtre sans comédien, voire théâtre dont vous êtes le protagoniste.

Thierry Sartoretti/aq

"Cargo Congo-Lausanne", Théâtre de Vidy, à voir jusqu'au 23 mars 2018

Publié le 08 février 2018 - Modifié le 08 février 2018