Modifié le 16 mai 2018

Laurent Chalumeau: "Je ne crois pas à la supériorité des quéquettes"

Laurent Chalumeau.
L'invité: Laurent Chalumeau, "VNR" Vertigo / 39 min. / le 28 octobre 2014
Avec "VNR", l'écrivain Laurent Chalumeau raconte l'histoire d'un chômeur en fin de droit qui se venge de ceux qui l'ont envoyé dans le mur. Virginie Despentes parle de lui comme d'"un féministe curieux".

Laurent Chalumeau est écrivain. Il est surtout très drôle. Il a de la gouaille, de l'autodérision et le sens de la formule. Normal, il a été longtemps l'auteur des sketches d'Antoine de Caunes et José Garcia dans "Nulle Part Ailleurs".

Ecrivain de son époque

"V.I.P.", son roman précédent, mettait en scène un président de la République qui perd complètement les pédales et commet un carnage au domicile de sa maîtresse, une actrice en pleine ascension. Son polar se déroulait dans le monde du pouvoir et du showbiz, "des milieux qui s'autorisent" comme le disait Coluche.

>>> A écouter, l'interview de Laurent Chalumeau parlant de "V.I.P.":

L'écrivain Laurent Chalumeau.
Jean-François Paga - Leemage / AFP
Vertigo - Publié le 25 avril 2017

A l'inverse, "VNR" (Grasset) son treizième roman, se situe tout en bas de l'échelle sociale. Il raconte l'histoire d'un chômeur en fin de droits que sa femme vient de quitter. Parce qu'il n'a plus rien à perdre, il décide de se venger des trois personnes qu'il estime être responsables de sa déchéance: un cadre supérieur qui harcelait sexuellement son épouse, un homme politique qui n'a pas tenu ses promesses et une psychologue qui a insufflé à sa femme des idées d'émancipation.

Avant #metoo

Quand Laurent Chalumeau commencé à écrire, la question du harcèlement sexuel n'était pas encore d'actualité, c'était avant #metoo. "Personne n'en parlait mais j'entendais autour de moi des histoires sordides de femmes traumatisées et, ce qui me choquait encore plus, de quasi-impunité pour les prédateurs".

Laurent Chalumeau regrette que la déflagration #metoo n'ait pas encore eu lieu en France car "il s'y passe la même chose qu'à Hollywood. Ce n'est qu'une question d'échelle: c'est la différence entre Elvis Presley et Dick Rivers".

Le sexisme, la misogynie et la solidarité de braguette sont parmi les choses du monde les mieux partagées, au moins à égalité avec le bon sens.

Laurent Chalumeau, écrivain

Entre Springsteen, Djian et Jim Thompson

Le livre est un monologue. Il est, selon son auteur, comme le chaînon manquant entre les chansons de l'album "Nebraska" de Bruce Springsteen qui parlent des cabossés du rêve américain et un roman de Philippe Djian, où souvent, presque toujours, les gens se racontent à la première personne.

Le tout, à la manière du souvenir que je gardais de Jim Thompson, auteur très efficace dans le monologue de psychopathes. A l'image de ses shérifs ripoux, sadiques et pervers qui, sur un ton badin, racontent par le menu et dans le détail les horreurs qu'ils font subir.

Laurent Chalumeau, écrivain

Le narrateur de "VNR" est un homme fini: un chômeur en fin de droits; un mari en fin de droits et un mâle en fin de droits. Il est le représentant d'un monde qui va disparaître et que Laurent Chalumeau ne regrettera pas.

De lui, son amie et ange gardien Virginie Despentes dit qu'il est "un féministe curieux". Lui préfère dire qu'il n'est pas viriliste et qu'il ne croit pas à la supériorité des quéquettes.

Regard caustique

Si Laurent Chalumeau est un écrivain qui comprend son époque, et parfois même l'anticipe, il n'a pas pour autant l'intention d'établir un état des lieux de la nouvelle société française. Son regard est trop caustique, dans "V.I.P" comme dans "VNR", pour qu'il devienne sociologique ou pire, sentencieux. 

Propos recueillis par Pierre-Philippe Cadert

Réalisation web: Marie-Claude Martin

"VNR", de Laurent Chalumeau, aux éditions Grasset

Publié le 16 mai 2018 - Modifié le 16 mai 2018