Modifié le 09 novembre 2017

Le prix Médicis récompense Yannick Haenel pour "Tiens ferme ta couronne"

L'écrivain français Yannick Haenel le 9 novembre 2017 à Paris, juste après l'annonce du prix Médicis.
L'écrivain français Yannick Haenel le 9 novembre 2017 à Paris, juste après l'annonce du prix Médicis. [JACQUES DEMARTHON - AFP]
Le jury a primé jeudi Yannick Haenel, 50 ans, pour son septième roman, burlesque et érudit. L'auteur, qui était en lice pour le Goncourt, y lance son double littéraire à la recherche du cinéaste maudit Michael Cimino.

S'il n'a pas eu le Goncourt, décerné lundi à Eric Vuillard, et a été aussi un malheureux finaliste du Grand prix du roman de l'Académie française, l'auteur français Yannick Haenel va pouvoir se consoler avec le prix Médicis 2017 qui l'a couronné parmi quinze écrivains en course jusqu'à ce jour.

"Tiens ferme ta couronne" (éditions Gallimard) met à nouveau en scène Jean Deichel, le narrateur récurrent de l'écrivain qui est en quelque sort son double. Antihéros, cet écrivain solitaire, cinquantenaire et un peu alcoolique, vit dans son petit studio en marge du monde.

Aucun producteur ne veut de son scénario de 700 pages consacré à Hermann Melville, l'auteur de "Moby Dick". Pour l'écrivain, il n’y a qu’une seule personne apte à l'apprécier à sa juste valeur: Michael Cimino, le mythique cinéaste américain, réalisateur maudit du "Voyage au bout de l'enfer" et de "La Porte du paradis".

La difficulté d'être au monde

Par un étrange tour de passe-passe, le narrateur Jean Deichel prend rendez-vous avec le cinéaste à la Frick Collection de New York, devant le tableau de Rembrandt, "Le Cavalier polonais".

S'ensuit une odyssée poudrée et mystérieuse entre Paris et New York où l’on retrouve Jean Deichel aux prises avec la difficulté d’être au monde, savourant une certaine idée de la solitude et dégustant un steak tartare avec Isabelle Huppert à la brasserie Bofinger.

L'histoire aurait pu être sombre, or, sous la plume de Yannick Haenel, cette étrange odyssée devient un périple à la fois burlesque et mystique qui amène le narrateur vers l'essentiel et vers la vérité.

Linn Levy/aq

Publié le 09 novembre 2017 - Modifié le 09 novembre 2017