Modifié le 19 mai 2017

La projection de "Okja" à Cannes a ravivé l'hostilité envers Netflix

L'équipe du film "Okja", dont la sortie est prévue uniquement sur Netflix.
Un problème technique au Festival de Cannes ravive l'hostilité contre Netflix Le 12h30 / 1 min. / le 19 mai 2017
Un souci technique lors de la projection vendredi de "Okja", le premier film de Netflix en compétition au Festival de Cannes, a ravivé l'hostilité envers la plateforme de streaming vidéo qui ne veut pas diffuser ses productions en salle.

Le rideau se lève et le logo Netflix paraît. La salle hue. Sans blague. On est à Cannes, on s’y attend: cela fait des semaines que la plateforme de vidéo à la demande irrite le milieu du cinéma pour ne pas avoir prévu de sortie en salle de ses deux films en compétition ("Okja", donc, de Bong Joon-ho et "The Meyerowitz Stories", de Noah Baumbach).

>> A lire: Almodovar met la pression sur Netflix et relance la polémique à Cannes

Arrêt de la projection

Ensuite, ô stupeur, un panneau noir a été descendu trop bas. Il masque le haut de l’écran. Le film commence par un prologue virevoltant. L’actrice Tilda Swinton est au sommet de son art, mais il nous manque le sommet de son front.

En guise de protestation, le public siffle, crie, applaudit. La projection s’arrête enfin. On remonte le maudit panneau et tout rentre dans l’ordre. Mais qui diable a bien pu l’oublier, ce panneau? Qui est le coupable? Il n’y aura pas d’enquête, ce n’est quand même pas la bourde des Oscars.

Bref. Une plate-forme de streaming qui fait polémique, une projo qui s’arrête. Les deux événements n’avaient rien à voir. N’empêche. Difficile de ne pas interpréter l’interruption d’un film polémique comme un acte manqué, un fait exprès qui relèverait de la psychanalyse.

>> A voir: la bande annonce du film "Okja"

 

Une comédie burlesque

Et le film, alors? C’est une version lumineuse et drôle de "The Host" (2007), film culte du non moins culte Bong Joon-ho. La première comédie burlesque (et sans doute) de cette compétition. De cette histoire d’aventure et d’amitié entre une fillette et un cochon modifié en géant menacé d’abattoir, le cinéaste Sud-Coréen tire une fable politique et végétarienne, sans moralisme. Presque un film pour enfant. Formellement en revanche, on a connu Bong Joon-ho bien plus inspiré. De là à dire que Netflix conduit au formatage.

Raphaële Bouchet/olhor

>> A lire aussi: le dossier dédié au 70e Festival de Cannes: Toute l'actualité du 70e Festival de Cannes

Publié le 19 mai 2017 - Modifié le 19 mai 2017