Modifié le 18 novembre 2017

Plus de 3000 photos d'Annemarie Schwarzenbach en libre accès

Annemarie Schwarzenbach.
Annemarie Schwarzenbach. [leemage - AFP]
Pionnière du reportage, Annemarie Schwarzenbach a mené une vie hors du commun pour son époque. A l’occasion du 75e anniversaire de sa mort, les Archives littéraires suisses mettent en ligne gratuitement quelques 3000 photos prises au cours de ses voyages.

On la connaissait davantage en tant qu'auteure littéraire qu'en tant que photographe, mais à l'occasion du 75e anniversaire de la mort d'Annemarie Schwarzenbach 3000 photos sont disponibles gratuitement sur Wikimedia Commons. On y trouve des paysages, des villes, des monuments architecturaux, des voitures et la photographe-reporter elle-même.

Annemarie Schwarzenbach mena une vie extraordinairement émancipée pour son temps, voyageant seule en Espagne, dans le sud des États-Unis, en Europe du Nord, en Afrique et trois fois en Asie.

Des hommes devant les Bouddhas de Bâmiyân (1939).
Des hommes devant les Bouddhas de Bâmiyân (1939). [Annemarie Schwarzenbach - Wikimedia]
 

En Inde via les Balkans

Elle effectua son voyage le plus célèbre en 1939 en compagnie de l’écrivaine et voyageuse Ella Maillart. Au volant d’une Ford, elles se rendirent toutes deux en Perse puis en Inde via les Balkans.

>> A lire aussi: Ella Maillart et ses longs voyages intérieurs

Submergée d'impressions, Annemarie Schwarzenbach n'eut de cesse que de les fixer en mots et en images – notamment pour le journal Zürcher Illustriete, particulièrement friand de reportages de voyage, et pour la Nationalzeitung.

Des gens, des paysages et sa voiture

Christa Baumberger gère le fonds Schwarzenbach aux Archives littéraires suisses. Une partie des sujets immortalisés par la reportrice avec son Leica est consacrée aux photographies paysagères: "On trouve aussi souvent des gens dans les paysages, les images de villes ou d’architecture. Schwarzenbach a photographié tout ce qui était exotique à ses yeux d'Européenne et de Suissesse, notamment des mosquées. Il apparaît également clairement qu'elle se mettait volontiers en scène elle-même ainsi que sa voiture."

Ella Maillart chargeant la voiture.
Ella Maillart chargeant la voiture. [Wikimedia]

Le métier de reporter est né dans les années 1920 parallèlement au mouvement de la Nouvelle Objectivité. On voit dans son écriture elle-même, mais aussi dans ses photos, qu’elle se considérait profondément comme une reporter.

Christa Baumberger, fonds Schwarzenbach aux Archives littéraires suisses.

En général, Annemarie Schwarzenbach conservait les négatifs et en faisait des tirages de petit format qu'elle collait ensuite sur des fiches bristol soigneusement étiquetées et additionnées d'un commentaire.

Une fiche de l'Afghanistan écrite par Annemarie Schwarzenbach. Une fiche de l'Afghanistan écrite par Annemarie Schwarzenbach. [Wikimedia]  "Les commentaires sont ironiques, mais parfois aussi très sobres. Ce sont parfois déjà de véritables petites histoires. On distingue dès le processus d'archivage un travail créatif qu'elle poursuit ensuite dans ses reportages et ses récits", dit Christa Baumberger.

Reporter dans l’âme

Ses 3000 photos de voyage montrent qu'Annemarie Schwarzenbach se concevait en tant que reporter de voyage – reporter-photographe fortement marquée par l’aspect documentaire et la nécessité d'informer sans perdre de vue certaines aspirations esthétiques.

Lorsque l'on regarde ses photos, on remarque qu'Annemarie Schwarzenbach photographiait souvent un même sujet plusieurs fois, sous différents angles, toujours en quête du meilleur point de vue.

>> A voir le reportage de SRF Tagesschau (en allemand): 

Une part de son oeuvre sous-exposée

Selon Christa Baumberger, le rôle de la photographie dans l'œuvre d’Annemarie Schwarzenbach devra faire l'objet de recherches futures: "Jusqu'à présent, Schwarzenbach était davantage considérée comme une auteur. C’est aussi le domaine de son oeuvre qui a fait l’objet des recherches les plus détaillées. Pourtant, depuis quelques temps, ses photographies trouvent toujours plus d’écho, notamment grâce à des expositions. Il y a encore beaucoup de choses à découvrir. Cette combinaison du texte et de l'image est particulièrement intéressante et n'a pas encore fait l'objet de recherches jusqu'à présent."

Sandra Leis (SRF)/mcc

> Lien vers la collection du fonds Annemarie Schwarzenbach

> Émission: Radio SRF 2 Kultur, Kultur kompakt, 15.11.2017, 11h29.

Publié le 18 novembre 2017 - Modifié le 18 novembre 2017