Modifié le 19 juin 2017

Des ventes record et 100'000 visiteurs pour la 48e édition d'Art Basel

Un visiteur à Art Basel (image d'illustration).
La foire Art Basel a attiré les foules, satisfaction des galeristes Le Journal du matin / 1 min. / le 19 juin 2017
L'art monumental a attiré les foules à Art Basel, qui a fermé ses portes dimanche soir. Les galeristes sont très satisfaits et affichent pour beaucoup des ventes record.

C'est la foire de tous les superlatifs avec près de 300 galeries, 4000 artistes et 100 000 visiteurs. Collectionneurs, amateurs éclairés ou riches acheteurs en costume griffés sont tous au rendez-vous dans les allées bondées pour repérer l’œuvre à ne pas rater.

Le Pierre Soulages grand format ne s'est pas encore vendu au prix de 1'350'000 francs. Un autre client hésite. Il faudra bien se décider un jour, lance-t-il à la galeriste qui l'invite à une visite privée. Un Nunzio, jeune artiste qui travaille le bois brûlé? Vendu.

Faut-il être présent à Bâle en tant qu'artiste?

Pour John Armleder, Art Basel n'est pas un endroit dans lequel "il faut être". "Malgré cette plate-forme très visible, ça représente un petit monde de privilégiés qui n'est pas représentatif de ce qui est le monde [de l'art]", confie-t-il au micro de la RTS.

>> A écouter: interview de John Armleder, artiste genevois mondialement reconnu, sur la 48e édition d'Art Basel:

John Armleder, plasticien.
Haute définition - Publié le 18 juin 2017
 

Effet de la concurrence entre foires et biennales, les galeristes ont déballé leurs trésors, des plus classiques (Dubuffet, Picasso) aux plus expérimentaux. Art Basel brasse des millions, le marché de l'art reprend des couleurs.

>> A lire aussi: Ce que les records de vente disent du marché mondial de l'art

Les achats sont très sélectifs et les clients en quête de qualité.

Manuela Salvi/mh

Publié le 19 juin 2017 - Modifié le 19 juin 2017