Modifié le 12 février 2018

Une association de bénévoles digitalise les oeuvres de Ramuz

Une association de bénévoles a digitalisé et mis à disposition les œuvres de Ramuz
Une association de bénévoles a digitalisé et mis à disposition les œuvres de Ramuz 19h30 / 2 min. / le 12 février 2018
L'écrivain vaudois Charles-Ferdinand Ramuz est décédé il y a un peu plus de 70 ans et ses 22 romans sont désormais libres de droits. Une association de bénévoles les digitalise et les met gratuitement à disposition.

Au total, une vingtaine de bénévoles de la Bibliothèque Numérique Romande (BNR) s'emploient depuis bientôt six ans à mettre en ligne des œuvres littéraires romandes et quelques-uns de leurs coups de cœur.

Une fois les textes scannés, c'est Françoise Stehli Rauchle, responsable des e-books à la BNR, qui récupère chez elle ces fichiers afin de refaire la mise en page pour les smartphones, les tablettes et les liseuses.

"J’aime la littérature, j’aime lire. J’ai du plaisir à faire des livres qui ont une belle allure. C’est un peu un défi, parce qu'un livre qu'on imprime, il est comme on l'a imprimé. Tandis qu'un livre que l'on met sur une tablette ou sur un téléphone, il doit être lisible sur tous ces supports différents. C’est un challenge", explique la retraitée.

Disponible progressivement

L’oeuvre de Charles-Ferdinand Ramuz, décédé le 23 mai 1947, vient d'entrer dans le domaine public et elle sera petit à petit disponible pour les supports numériques ces prochains mois sur le site de la BNR, qui enregistre désormais plus de 10'000 téléchargements par mois.

Deux livres sont mis en ligne chaque semaine et la BNR propose désormais plus de 600 ouvrages à télécharger gratuitement, et dont les textes ont été scrupuleusement vérifiés.

Pas une concurrence déloyale

Auteur de plusieurs livres sur l'écrivain vaudois, dont des publications augmentées, Stéphane Pétermann a découvert le site de la BNR. Ramuz gratuitement en ligne, est-ce de la concurrence déloyale?

"Non, en tout cas, ce n’est pas comme ça que nous le percevons. C'est une démarche, un travail très différent de ce qui se fait ici. La BNR fait circuler des textes bruts et nous, nous faisons des éditions critiques. On contextualise des textes avec des commentaires, des notes qui aident le lecteur à comprendre, à saisir ces textes de manières un peu plus précise et pointue", répond-il.

>> L'éclairage de l'émission Helvetica, en mai 2017: Ramuz, passé, présent et avenir

Alain Christen/jvia

Publié le 12 février 2018 - Modifié le 12 février 2018