Modifié le 27 décembre 2015

La réédition francophone de "Mein Kampf" a du plomb dans l'aile

Présentation du livre d'Adolf Hitler lors d'une conférence de presse à Nuremberg (D), en avril 2012.
La réédition francophone de "Mein Kampf" a du plomb dans l'aile Le 12h30 / 2 min. / le 25 novembre 2015
Fayard avait annoncé la publication d'une nouvelle traduction du manifeste controversé d'Adolf Hitler début 2016. Mais la rédaction de cette version critique et commentée a pris beaucoup de retard.

Certains libraires et distributeurs parlent désormais d'une publication en 2017 au plus tôt. Ce retard considérable est dû à des divergences entre les spécialistes chargés de commenter et d'expliquer l'oeuvre rédigée au début des années 1920 par le père du nazisme.

Démonter les arguments du texte

Car, pour la maison d'édition Fayard, il n'est pas question de faire paraître une nouvelle traduction sans commentaires - des explications dont l'objectif est clair: contextualiser, mettre en perspective et finalement démonter les arguments de cette apologie de la violence et du racisme.

Oeuvre extrêmement contestée, "Mein Kampf" est interdit de commercialisation dans certains pays, mais disponible librement dans d'autres comme en Suisse.

Droits libérés au 1er janvier 2016

Jusqu'ici - et depuis le décès d'Hitler, mort sans héritier - le Land allemand de Bavière était seul détenteur de tous les droits. La région contrôlait donc toute publication du manifeste antisémite. Mais le 1er janvier 2016, début d'une année qui marquera les 70 ans de la mort de l'auteur, l'oeuvre tombera dans le domaine public ouvrant la voie à de nouvelles éditions et traductions.

Pour l'heure, deux rééditions sont annoncées: celle de l'éditeur français Fayard et une autre attendue en Allemagne, qui constituera la première réédition germanophone depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Il s'agira également d'une version critique, élaborée par l'Institut d'histoire contemporaine de Munich et qui paraîtra le 1er janvier.

Débat autour des rééditions

Mais ces publications divisent: les opposants à la diffusion de l'ouvrage le considèrent comme un livre dangereux à ne pas mettre entre toutes les mains. Les partisans de nouvelles publications y voient quant à eux l'intérêt d'expliquer une oeuvre qualifiée par certains de "centrale pour l'histoire du XXe siècle".

Le débat prend une tournure particulière en Allemagne, où le syndicat des enseignants appelle même à l'étude de la nouvelle version allemande du pamphlet aux cours du secondaire.

Michael Peuker/oang

Publié le 25 décembre 2015 - Modifié le 27 décembre 2015