Modifié le 28 juin 2010

Les tintinophiles fêtent les 100 ans d'Hergé

Le reporter à la houppette sera à l'honneur à Lausanne
Tintin a déjà fait l'objet d'une exposition cet hiver au Centre Pompidou [Keystone]
Le centenaire de la naissance d'Hergé sera célébré mardi par les «tintinophiles» dans une douce euphorie: Steven Spielberg et Peter Jackson viennent en effet d'annoncer qu'ils porteront à l'écran les aventures du célèbre reporter.

«Nous ne pouvions espérer meilleur hommage», a reconnu Nick
Rodwell, qui dirige Moulinsart, la société qui gère les droits et
la mémoire de l'oeuvre d'Hergé, un artiste aujourd'hui reconnu
comme l'un des grands créateurs du XXe siècle.





Steven Spielberg et Peter Jackson (réalisateur du « Seigneur des
anneaux ») ont annoncé récemment qu'ils feront équipe pour tourner
et produire trois films d'animation adaptés des aventures de
Tintin. Ils n'ont pas précisé lesquelles. Chacun des cinéastes en
tournera au moins un. Steven Spielberg a promis que la technique
d'animation utilisée pour ces films serait du jamais vu. Le premier
long métrage devrait être terminé dans trois ans.

Né en 1907 à Bruxelles

Georges Rémi, né le 22 mai 1907 à Etterbeek, une commune de
Bruxelles, dans un milieu plutôt modeste, a signé dès 1924 ses
dessins de ses initiales inversées RG, bientôt devenues
Hergé.





En 1926, il crée pour «Le Boy-Scout belge» le personnage de Totor,
dont les aventures préfigurent celles de son héros fétiche, Tintin,
qui verra le jour en janvier 1929 dans les pages du «Petit
Vingtième», le supplément jeunesse du journal catholique belge «Le
Vingtième Siècle».





Dès ce premier récit, «Tintin au pays des Soviets», et «Tintin au
Congo», en 1931, le public est au rendez-vous.

Décision funeste

Après «Tintin en Amérique» et «Les Cigares du Pharaon», Hergé
décide d'envoyer son héros en Chine. Grâce aux conseils d'un jeune
étudiant chinois rencontré à Bruxelles, Tchang Tchong-jen, Hergé
dessine son premier album doté d'un scénario solide, «Le Lotus
Bleu», où il prend parti pour le peuple chinois contre l'occupation
japonaise.





Pendant la Seconde Guerre mondiale, Hergé prend une décision plus
funeste: il fait paraître de nouvelles aventures de Tintin dans «Le
Soir» de Bruxelles, alors aux mains de l'occupant nazi.





Cette période tragique marque aussi l'arrivée à maturité de
l'oeuvre du père de la «ligne claire» et la sortie de quelques-uns
de ses chefs d'oeuvres: «Le Crabe aux pinces d'or», «Le Secret de
la Licorne», «Le Trésor de Rackham le Rouge» ou «Les 7 Boules de
cristal».

Accusé d'antisémitisme

De cette époque date également une histoire, «L'Etoile
mystérieuse» (1942), qui lui vaudra d'être taxé d'antisémitisme,
une accusation dont il s'est toujours défendu.





Après la Guerre, Hergé revient cependant rapidement sur le devant
de la scène. Le succès de Tintin, qui dispose à partir de 1946 de
son propre journal, devient international. Mais Hergé, harassé par
le travail et en proie à des problèmes personnels, traverse une
longue dépression qui ralentira sa production.





Il fait toutefois encore figure de génial précurseur en envoyant
Tintin sur la Lune, 15 ans avant le petit pas de Neil Amstrong.

Mort d'une leucémie

Avec «Tintin au Tibet» (1960), Hergé s'ouvre à la philosophie
orientale, traduisant ses angoisses existentielles dans ce qui est
considéré comme son oeuvre la plus personnelle. Dans les années 70,
les honneurs se multiplient pour Hergé, qui ne retrouve cependant
pas toute son inspiration dans ses ultimes albums. Le 3 mars 1983,
il meurt des suites d'une leucémie, non sans avoir revu son vieil
ami Tchang et avoir appris que Spielberg, déjà, souhaitait adapter
son oeuvre.





Vingt-cinq ans plus tard, les fans devront toutefois s'armer
d'encore un peu de patience puisque le premier épisode de la future
trilogie ne devrait sortir sur les écrans qu'en 2009 ou 2010.

Un Musée Hergé

Mardi, l'anniversaire de la naissance du géant de la BD sera
marqué par l'émission de timbres commémoratifs par les postes belge
et suisse (voir ci-contre) et par la pose de la
première pierre du futur Musée Hergé à Louvain-La-Neuve, près de
Bruxelles, qui devrait voir le jour d'ici 2009.





Enfin, la vie du père de Tintin est l'objet d'une exposition dans
sa ville natale, visible à l'hôtel de ville de Bruxelles jusqu'au 3
juin. On y découvre une centaine de photographies, souvent
inédites.





ats/tac

Publié le 09 décembre 2007 - Modifié le 28 juin 2010

Un timbre et album en patois pour Tintin

La Poste suisse marque mardi les 100 ans de la naissance de Hergé. Une oblitération spéciale proposée au Musée gruérien de Bulle présente la tête du professeur Tournesol assortie de la date et du nom de la ville fribourgeoise. Un bureau de poste sera provisoirement installé dans les locaux du musée.

Ceux-ci abriteront mardi soir le vernissage officiel de l'album «Lafére Tournesol», une des aventures de Tintin traduite en patois gruérien.

Tirée à 3000 exemplaires aux éditions Casterman, elle a été traduite par le Fribourgeois Joseph Comba, un patoisan passionné qui lui a consacré 900 heures de travail.

Sous sa plume, l'une des injures favorites du capitaine Haddock, «moules à gaufres», devient «fê a brèchi!» soit en français «fer à bricelets».

La décision d'entamer cette traduction date d'octobre 2005. Le choix s'est porté sur «L'affaire Tournesol», un titre publié en 1956, car l'intrigue se déroule en partie entre Genève, Nyon (VD) et les Préalpes.

Le Musée gruérien invite à découvrir les coulisses de «Lafére Tournesol» avec une exposition proposée jusqu'au 22 août.

Parodies romandes de Tintin à Bulle

Jusqu'en octobre, d'autres animations célébreront en Gruyère le centenaire de Hergé. Elles sont organisées par l'association Alpart, qui réunit des tintinophiles de Suisse romande. Des parodies de Tintin seront notamment présentées à la Galerie Trace-Ecart à Bulle.

Elles ont été réalisées par l'Atelier du Radock. Ce collectif de dessinateurs romands a produit un nouveau coffret de cinq parodies des aventures de Tintin, imprimé à 777 exemplaires. Leur précédent coffret, épuisé depuis belle lurette, a été édité en 2004 en hommage aux 75 ans de Tintin.

Enfin, une revue de 40 pages, véritable guide du centenaire d'Hergé à Bulle, a été publiée. En plus des informations pratiques, elle parcourt les liens entre Hergé, Tintin et la Suisse.