Emission du 19 mai 2011

Disparus sans laisser d’adresse

Ils seraient environ 3'000 à disparaître chaque année en Suisse. Certains partent volontairement pour échapper à leurs difficultés financières ou affectives, pour un temps ou pour toujours. D’autres sont victimes d’accident ou d’enlèvement. Temps Présent est parti à la recherche de ces disparus et de ceux qui les attendent.

En cas de disparition, la plupart des cas se résolvent dans les 48 heures. Pour les autres, il faut attendre et parfois ne jamais connaître la vérité. Les recherches et l’enquête de police sont généralement stoppées après 3 ou 4 jours, faute de piste. Quant aux répercussions financières, elles peuvent être très lourdes pour les proches : détectives, médiums, frais de recherches de terrain sont à la charge des familles, ainsi que les complications administratives pour gérer les intérêts de l’absent. Car pour l'administration, la disparition n’existe pas. On doit être mort ou vif, il n'y a aucune place pour une situation d'entre-deux.

Si certaines familles sont dévastées par une absence inexpliquée, partir reste un droit. Dans la tête du fugueur, seule la fuite compte. Il faut des jours, des mois, parfois des années pour trouver la force de revenir et affronter le regard de ceux qu’on a abandonnés, puis espérer reprendre sa place. Temps Présent a rencontré plusieurs disparus revenus dans leur famille. Leur récit permet de mieux comprendre comment on peut un jour tourner le dos à sa vie.

Rediffusion le vendredi 20 mai 2011 à 0h30 et le lundi 23 mai 2011 à 15h40 sur TSR2.

Générique

Un reportage de Christian Fargues et Florence Farion Image : Jacques Mahrer Son : Raphaël Crohas Montage : Patrick Guignet

  • Sur ce thème