Emission du 14 février 2013

A louer: tueur près de chez vous

L’affaire a fait les grands titres en Suisse romande. Un tueur à gages a accepté de liquider l’épouse de son commanditaire pour 400'000 francs. Alors? Est-il possible de donner une leçon un peu musclée à un gêneur? Voire, carrément liquider quelqu’un en échange d’une valise de billets, comme dans les films? Nous avons voulu vérifier si c’était possible chez nous. Verdict dans Temps Présent.

Il  y a d’abord cette étrange affaire, à Chêne-Bougeries (GE), en février 2012. Le mari est soupçonné d'avoir commandité un tueur à gages, un Kosovar présenté par un intermédiaire, pour assassiner sa femme, histoire de mettre le grappin sur un bien immobilier. Montant du contrat: environ 400'000 francs. Tous dorment en prison en attente de leur procès. Un autre cas avéré et jugé, même si l’auteur n’a jamais reconnu les faits, est celui d’un tueur engagé par une épouse rancunière, pour abattre son mari, contre une somme de 50'000 francs. Le contrat a bel et bien été rempli.

Recruter un "mauvais garçon" pour flanquer une dérouillée ou pire, faire passer de vie à trépas un ou une gêneuse, ne relève apparemment donc pas que du roman policier ou du western. Cela existe bel et bien en Suisse romande et l’arrivée de nouvelles mafias du crime ne va pas arranger les choses. Mais entre le mythe et la réalité, où se trouve la vérité ? Est-il si facile de trouver un tueur ? Combien cela coûte-t-il vraiment et sont-ils si nombreux à être prêts à aller jusqu’au bout contre de l’argent? "Temps Présent" a voulu tester la réalité  et s’est mis en chasse, dans le quartier des Pâquis à Genève, où il serait aisé de trouver un tueur à gages. Verdict jeudi soir.

Rediffusion le vendredi 15 février 2013 à 1h15 et le lundi 18 février 2013 à 16h sur RTS Deux.

Générique

Un reportage de Nadia Farès Image : Patrick Mounoud Son : Christophe Giovannoni Montage : Caroline Cuenod

  • Sur ce thème