Mobilisation contre la précarité d'un couple prévôtois

Le témoignage de deux citoyens de Moutier (BE) dans notre reportage "Quand les assurances sociales vous lâchent" a ému un couple noirmonier. Ils ont lancé une action de soutien.

Scroll

"Je n'ai même pas vu ce reportage en entier, ça m'est tombé dessus comme ça. J'ai été vraiment touchée par la situation de ces gens" raconte Laurence Meister.

Dans l'édition du 28 avril dernier du Franc-Montagnard, la journaliste Perrine Bourgeais relayait l'élan citoyen né à la suite de la diffusion de notre reportage "Quand les assurances sociales vous lâchent".

L'élan de solidarité autour d'un couple prévôtois a été relayé par le journal le Franc-Montagnard dans son édition du 28 avril 2018.
L'élan de solidarité autour d'un couple prévôtois a été relayé par le journal le Franc-Montagnard dans son édition du 28 avril 2018. [Franc-Montagnard]

Touchés aux larmes par la situation d'Eliane et François, Laurence Meister et son époux ont lancé un appel sur les réseaux sociaux afin de réunir des dons pour aider le couple noirmonier tombé dans la précarité suite à des problèmes de santé et à un licenciement.

Partagé près de 130 fois sur les réseaux sociaux, l'appel aux dons de Laurence a permis de réunir la somme de 1500 francs, comme le précise l'article du Franc-Montagnard.

Un long chemin de croix

Eliane et son mari François sont en train de passer par un chemin de croix. Tous deux ouvriers depuis leur plus jeune âge, ils ont beaucoup travaillé. François comme manutentionnaire dans diverses entreprises, Eliane en tant que vendeuse, puis opératrice en horlogerie. Les ennuis commencent il y a six ans avec les problèmes de santé d’Eliane : douleurs aux bras, aux mains et aux pieds, une scoliose qu’elle a dû opérer, polyarthrite…

Eliane perd son travail. Et c’est le début du parcours du combattant à travers les assurances sociales.

Trop malade pour être à l’assurance chômage et pas assez pour être à l’AI ?

Licenciée, on conseille à Eliane d'aller s'inscrire au chômage. En incapacité de travailler à 20%, le chômage considère qu'elle n'est pas apte à travailler du tout. Il n'entre pas en matière.

Elle dépose donc une demande d'AI en janvier 2015.  Au mois d’octobre 2015, l'AI fait une préorientation estimant qu'Eliane est invalide à 18%. L'AI n'entre égalemenent pas en matière. La raison? Pour avoir droit à une rente, il faut que l’AI reconnaisse un degré d’invalidité d’au moins 40%.

Trop riche de ... 6.-

Jusqu’en octobre 2016, Eliane a eu droit aux indemnités perte de gain en cas de maladie. Ensuite, plus rien. Elle demande de l'aide aux oeuvres sociales. Malheureusement, son mari a six francs de trop.

L'aide sociale lui est refusée.

Notre reportage "Quand les assurances sociales vous lâchent"

Quand les assurances vous lâchent
Temps Présent - Publié le 19 avril 2018

Un reportage de Pietro Boschetti et Florence Fernex

GC/Pb