Emission du 10 février 2013

La police de l'air, les politiciens de Savièse, violons et millions

Emission du 10 février 2013 présentée par Pierre-Olivier Volet

 

C’est pas tous les jours dimanche

Retour sur la semaine écoulée au rythme des petites infos qui se cachent entre les gros titres.

Rubrique : Sébastien Faure

 

Vol au-dessus d’un pays de coucous

AVION.jpg

A Berne, tout le monde ou presque est au diapason : l’achat de nouveaux avions de combat s’impose. Leur mission : surveiller le ciel suisse. Seulement à 17h00, la base de Payerne ferme, les policiers de l’air rentrent chez eux. Jusqu’au lendemain. Alors y aura-t-il un pilote dans les Gripen ?

Reportage : David Berger et Henri Sulzer

 

Interview : David Berger, journaliste

David.jpg

Selon l’analyse de David Berger, l’argument développé par le conseiller fédéral Ueli Maurer pour justifier l’absence de surveillance jour et nuit, celui du prix, relève avant tout d’une logique politique. C’est une façon de faire pression pour obtenir davantage de soutien.

 

Mon village a du talent

saviese.jpg

Deux conseillers nationaux, deux candidats au Conseil d’Etat : la commune valaisanne de Savièse – moins de 7000 habitants – compte un nombre impressionnant de politiciens. C’est là que vivent Christian Varone et Oskar   Freysinger, par exemple. Portrait d’un village qui suscite les vocations.

Reportage : Raphaël Guillet

 

Passé présent

Le 3 mars, les Grisons diront s’ils veulent les jeux olympiques d’hiver en 2022. L’épreuve des urnes, c’est, en Suisse, le premier essai à transformer pour toute candidature aux JO.

Rubrique : Pierre Bavaud

 

Pas dans vos cordes

Des violons pour millionnaires.jpg

Ils ont été fabriqués au dix-septième siècle en Italie et portent la signature de luthiers entrés dans la légende : Guarneri, Amati ou Stradivarius. Aujourd’hui encore, leur son serait inimitable. Plongée dans le marché très fermé de ces objets d’art qui se négocient à coups de millions.

Reportage : Valérie Dupont

 

Interview : Pierre Amoyal, violoniste

violon.jpg

Le violoniste Pierre Amoyal possède depuis 35 ans l’un des plus célèbre Stradivarius, le Kochanski. Ce violon de 1717 ayant appartenu à Nicolas II de Russie lui a été volé en 1987, avant d’être restitué en 1991. Sur le plateau de Mise au point, Pierre Amoyal explique sa passion pour cette instrument et nous fait découvrir sa sonorité unique.

 

 

  • Le meilleur de Mise au Point
  • Dernières émissions