Modifié le 12 juin 2018

Dealers de rue: une fatalité?

Dealers de rue: une fatalité?
Dealers de rue: une fatalité? Infrarouge / 1h03 / le 06 juin 2018

Il incarnait la gauche humaniste et la défense des migrants. Mais depuis qu’il veut chasser les dealers de son quartier, le cinéaste lausannois Fernand Melgar est accusé de trahison par ses anciens amis. On lui reproche de faire le lit du populisme et d’avoir un discours anti-migrants. En tout cas, sa croisade anti-dealers provoque un vrai débat.

Est-il un pur opportuniste, lui qui ne veut pas voir son fils de 8 ans intégrer une école dont les abords seraient infestés de dealers? Son combat permettra-t-il d’endiguer le problème ou bien seulement de le déplacer de quartier?

La solution, est-ce la dépénalisation de la consommation et la régulation du marché?

Infrarouge ouvre le débat et c’est ce mercredi 6 juin à 21h20.

Présentation: Esther Mamarbachi

Publié le 04 juin 2018 - Modifié le 12 juin 2018

Les invité-es

Sandra Pernet, présidente du PDC lausannois, conseillère communale
Pierre Maudet, président de la Conférence des directrices et directeurs des départements cantonaux de justice et police (CCDJP), président du Conseil d’Etat genevois
Pierre Conscience, conseiller communal Ensemble à gauche, Lausanne
Jean-Félix Savary, secrétaire général du Groupement romand d’études des addictions (GREA)
Nicolas Feuz, procureur à Neuchâtel
Fernand Melgar, cinéaste lausannois
Kinga Bourquin, présidente de l’association des parents d’élèves des écoles des Pâquis, Genève

Assistez à l'émission!

Vous souhaitez assister au débat d'Infrarouge?

Nous vous accueillons volontiers dans le public (dans la mesure des places disponibles).

Inscrivez-vous auprès de Marie Weber, par email: marie.weber@rts.ch