Emission du 26 janvier 2012

Liens utiles


> Informations en temps réel


Bureau maritime international (IMB)

Organisme spécialisé de la Chambre de commerce international, l’IMB a créé un centre d’information sur la piraterie maritime qui publie des rapports réguliers sur la situation et des informations en temps réel sur les actes de piraterie commis dans le monde entier.

Centre d’information sur la piraterie (en anglais)

Carte des actes de piraterie en temps réel (en anglais)  


> La lutte contre la piraterie


Militaire

Face à la menace que représentent les pirates somaliens pour le trafic des bateaux et leurs équipages, des mesures militaires ont été prises pour mettre fin aux attaques. L’Europe a lancé une opération navale conjointe, l’opération Atalante et l’OTAN a également envoyé des navires de guerre. Les navires marchands ont également pris des dispositions pour pouvoir se défendre en cas d’attaque de pirates ouvrant ainsi un marché pour des sociétés militaires privées qui proposent leurs services à l’image de Gallice Security ou Antipirates.org, issu d’une association de vétérans des troupes spéciales russes.

Le site de l’opération Atalante (en anglais)

Le site de l’OTAN pour la communauté maritime (en anglais)


Juridique

En 2010, le Secrétaire général des Nations unies a nommé Jack Lang Conseiller spécial pour les questions juridiques liées à la piraterie au large des côtes somaliennes. La démarche a pour objectif de proposer des solutions pour pouvoir poursuivre et incarcérer les personnes impliquées dans les activités de piraterie. En janvier 2011, un rapport a été présenté au Conseil de sécurité et une résolution a été adoptée en avril 2011. Elle introduit notamment l’idée de tribunaux spéciaux pour juger les personnes coupables de piraterie.

Le texte du rapport de Jack Lang (lemonde.fr)

Le texte de la résolution 1976 du Conseil de sécurité  


Sensibilisation

L’industrie maritime se mobilise également contre les actes de piraterie. Au-delà des mesure de défense prises par les armateurs et en plus des opérations menées par l’Union européenne et l’OTAN, des campagnes de sensibilisations sont mises en place et des sites d’informations et d’alerte sont consacrés au problème.

Le site de la campagne "Sauvez nos marins" (en anglais)

Le site "Piraterie maritime : la réponse humanitaire" - alliance de professionnels de l’industrie maritime (en anglais)  


Le rôle de l’ONU

En plus du travail réalisé au sujet des outils juridique de lutte contre la piraterie (voir plus haut), l’ONU est active par le biais de l’Organisation maritime internationale qui publie des informations et rapports sur son site. Elle a créé également en janvier 2009 un Groupe de contact de l’ONU sur la piraterie au large des côtes somaliennes (CGPCS) qui a pour but de faciliter la coopération internationale mettre fin à la piraterie maritime dans cette région du globe.

Le site de l’Organisation maritime internationale

Le site du CGPCS  


> La sélection d’Infosud Tribune des droits humains sur l’état de la Somalie


"Quand la guerre devient un jeu d'enfant" - 14 janvier 2011

"Sortir de l'enfer somalien" - 12 août 2011

"La reine du Khat, une femme d’affaires respectée" - 30 décembre 2011

"Viol systématique des réfugiées somaliennes" - 22 juin 2010  

  • Dernières émissions