Emission du 31 janvier 2007

Ostéoporose, ou comment faire de vieux os

L'ostéoporose affecte une femme sur 3 et 1 homme sur 5 après 50 ans. Cette maladie qui reste silencieuse des années durant, ne devient invalidante que lorsqu'il y a fracture, spécialement lorsqu'il y a fracture du col du fémur.

Un gros effort reste à faire en Suisse pour prévenir les chutes chez les personnes âgées. Le CHUV vient de conduire une étude sur plus de 7000 personnes qui a permis de définir quelles étaient les personnes à traiter pour que les thérapies soient efficaces et économiquement rentables. Cette étude sera publiée à la fin 2007.

Examens diagnostiques

La densitométrie permet de diagnostiquer
l'ostéoporose [DR] La densitométrie permet de diagnostiquer l'ostéoporose [DR] La densitométrie est l'outil de base pour diagnostiquer une ostéoporose. Cet examen qui utilise des rayons x permet de calculer la valeur osseuse par rapport à une population de référence. Il n'est remboursé par les assurances maladies que si la pathologie est avérée, après une fracture ou un traitement par cortisone de longue durée . La densitométrie a malheureusement certaines limites : les résultats varient suivant la partie du squelette où les mesures sont faites , ils varient aussi d'un institut de radiologie à l'autre car tout le monde ne travaille pas avec les mêmes normes. Suivant les centres, on est ostéoporotique ou on ne l'est pas ! Hormis pour les personnes à haut risque, l'examen n'est pas conseillé avant l'âge de 65 ans.

La prévention des chutes et les traitements

Cours d'équilibre pour prévenir les
chutes [DR] Cours d'équilibre pour prévenir les chutes [DR] Les fractures dues à l'ostéoporose surviennent généralement après une chute. Or plusieurs mesures simples peuvent être prises pour limiter les risques de tomber. A l'intérieur des appartements, tous les obstacles et objets glissants sont à bannir, alors que des poignées murales peuvent être fixées. Des cours d'équilibre permettent aussi à la personne âgée de maintenir une certaine force musculaire et une bonne coordination. Par ailleurs, il y a lieu de faire attention aux médicaments, car certaines substances ou certaines associations peuvent générer des problèmes d'équilibre. En Suisse, un gros effort de sensibilisation en la matière reste à faire. La prévention des chutes ne fait pas partie du débat sur la politique de la santé !

L'étude que vient de mener le CHUV a mis en évidence qu'il fallait mieux cibler que par le passé les personnes devant prendre des médicaments pour solidifier l'os. Seules les personnes ayant déjà eu des fractures ou étant à très haut risque doivent être traitées. Il n'est jamais trop tard pour bien faire et les thérapies ont montré leur efficacité chez des personnes de 80-85 ans.

Mais prudence, les biphosphonates qui sont généralement proposés pour renforcer l'os peuvent avoir des effets secondaires, notamment au niveau de la digestion. Dans de rares cas, ils peuvent même générer des ostéonécroses de la mâchoire. La durée des traitements doit être limitée.

Le rôle de l'alimentation et de la vitamine A

Nourriture de type méditerranéen [DR] Nourriture de type méditerranéen [DR] Les populations du sud ont moins d'ostéoporose que celles qui vivent au nord. L'environnement, le mode de vie et surtout l'alimentation jouent très certainement un rôle important dans l'incidence de la maladie (il ne faut toutefois pas exclure certains facteurs génétiques). Les Suédois détiennent la palme au niveau du nombre de fractures du col du fémur. Cela peut être dû, si l'on en croit les études du pharmacologue Hakan Mehlus de l'université d'Uppsala, au fait que cette population consomme une nourriture très riche en vitamine A (poissons gras, pâtés à base de foie et produits laitiers supplémentés en vitamine A). En revanche, les populations qui consomment une nourriture de type méditerranéen (basée sur les fruits et légumes, les céréales, l'huile d'olive, etc.) semblent protégées. Les fruits et légumes empêchent notamment la fuite du calcium dans les urines.

Une enquête de Françoise Ducret et Jean-Alain Cornioley.

  • 36.9° primée