Emission du 28 janvier 2015

Intolérance au gluten: et si on s'était trompé de coupable?

Depuis quelques années, des dizaines de milliers de personnes ont banni le gluten de leur alimentation. Elles l’accusent d’être à l’origine de tous leurs maux: fatigue, problèmes de transit, etc. Mais est-ce bien le gluten qui est en cause?

Toujours plus de personnes se disent intolérantes ou allergiques au gluten. Les régimes et aliments "gluten free" font fureur. Pourtant, seul 2% de la population est réellement allergique à cette protéine. Ils souffrent de coeliakie, une maladie auto-immune. Leur intestin ne digère pas la protéine. Dans leur cas, le seul traitement est l’éviction complète du gluten.

En dehors de ces 2%, certains souffrent de sensibilité non coeliaque au gluten. Pour eux, le diagnostic ne révèle rien. Ils ressentent en revanche des effets bénéfiques après l'exclusion de gluten de leur alimentation. Comment l'expliquer alors que l'homme mange des céréales depuis plus de 10'000 ans? Certains pointent du doigt l'industrie agroalimentaire. Pour réduire les coûts de production et améliorer la texture du pain ou encore des pâtisseries, les industriels ont réclamé des farines avec des teneurs en gluten plus élevées et composées de molécules plus grosses. Ce sont ces molécules que certains peinent à digérer. Mais elles ne seraient pas seules en cause. Certains hydrates de carbones ont aussi subi des modifications. Or, ces fructanes – appelées FODMAPs - pourraient aussi provoquer une hypersensibilité dans une partie de la population. Après la chasse au gluten, la chasse aux hydrates de carbone?

  • 36.9° primée