Emission du 12 novembre 2008

Luminothérapie: de la lumière sur ordonnance

De la lumière blanche contre les idées noires, c'est ce que propose la luminothérapie, une technique qui a largement fait ses preuves mais qui pourtant reste dans l'ombre.

Sous l'influence de la lumière, le noyau
suprachiasmatique active ou inhibe toute une série de gènes, ainsi
que la production d'hormones [DR] Sous l'influence de la lumière, le noyau suprachiasmatique active ou inhibe toute une série de gènes, ainsi que la production d'hormones [DR] Comme il est impossible de déposer un brevet sur la lumière, aucune industrie ne s'y intéresse et la recherche sur la luminothérapie ne se fait que grâce à des fonds publics.

Pour soigner les dépression hivernales au moyen d'une lampe, il faut que les doses et les heures de la journée soient déterminées par un médecin. On ne peut pas le faire au hasard. De plus, si c'est un médecin qui prescrit ce type de thérapie, la lampe est remboursée par l'assurance maladie. De plus, à l'heure ou l'efficacité des anti-dépresseurs est discuté, c'est une alternative intéressante au médicament.

Comment ça marche?

Notre horloge interne est approximative, elle a besoin chaque jour de senseurs lumineux pour se réajuster. Ce réajustement se produit dans une petite zone du cerveau situé à la racine du nez, à l'endroit ou les nerfs optiques se croisent. C'est le noyau suprachiasmatique. Il active ou inhibe toute une série de gènes, ainsi que la production d'hormones. C'est sur ce système complexe de régulation et sur ses applications que les recherches continuent dans les Universités de Genève, de Fribourg et de Bâle avec l'aide du Fonds national Suisse pour la recherche scientifique.

  • 36.9° primée