Modifié le 22 décembre 2017

1’257'461 CHF pour lutter contre la précarité des jeunes en Suisse; merci à tous ceux qui se sont mobilisés!

Chèque final Coeur à Coeur 2017.
Chèque final Coeur à Coeur 2017. [Jessica Genoud - RTS]
Lancée samedi 16 décembre à 17h30, l’opération Cœur à Cœur de la RTS, produite en partenariat avec la Chaîne du Bonheur, s’est achevée vendredi à 19h. Timea Bascinszky et Daniel Guichard, marraine et parrain de cette clôture, ont "libéré" les trois animateurs, Pauline Seiterle, Jonas Schneiter et Philippe Robin, du studio dans lequel ils étaient enfermés pendant six jours et six nuits.

Pendant six jours et six nuits, Pauline Seiterle, Jonas Schneiter et Philippe Robin ont pris leurs quartiers dans un studio de verre, sur la Place Centrale de Lausanne. En direct sur Option Musique, ils ont incité le public à s’engager contre la précarité des jeunes et reçu de nombreuses personnalités, solidaires de l’opération.

Grâce aux titres dédicacés, aux dons, aux actions menées ça et là en Suisse romande (voir ci-dessous), la cagnotte de Cœur à Cœur affiche, ce soir, un montant de CHF 1'257'461- qui permettra d’aider de jeunes personnes faisant face à la précarité et vivant en Suisse.

La place centrale couverte de coeurs par les enfants au cours de l'après-midi.
La place centrale couverte de coeurs par les enfants au cours de l'après-midi. [Alexandre Chatton - RTS]


Des actions dans toute la Suisse romande

Plus de 60actions ont été organisées au profit de Cœur à Cœur, par des personnes privées ou par des entreprises, dans tous les cantons romands, en amont ou pendant l’opération. Une mobilisation joyeuse et contagieuse qui a indiqué que les Romands ont pris conscience de l’urgence d’être solidaires des jeunes démunis et fait en sorte qu’ils s’en sortent un peu mieux.

Jean-Marc Richard.
Jean-Marc Richard. [Alexandre Chatton - RTS]

Du menu-spaghettis au tour de la Place Centrale en brouette (contre rémunération), de la vente de planches de bandes-dessinées, de bonnets, de tickets de musée à des performances théâtrales ou musicales ; le public a joué le jeu avec enthousiasme et conviction. Merci à lui, à toutes celles et ceux qui se sont joints à l’aventure et ont contribué à la rendre magique et efficace.

 

Une expérience intense pour les trois animateurs

A quelques heures de quitter la Place Centrale lausannoise, Pauline Seiterle, Philippe Robin et Jonas Schneiter évoquent les moments qui les ont marqués :

Pauline Seiterle

Pauline Seiterle déguisée en Licorne.
Pauline Seiterle déguisée en Licorne. [Philippe Robin - RTS]
 

 

Le moment le plus fort ?

147 heures de joie, d’émotions et de moments parfois difficiles. Cœur à Cœur, c’est une aventure entière et unique.

Le moment le plus difficile ?

Les moments difficiles se sont vite dissipés, grâce à l’amitié et au soutien de l’équipe formidable autour de nous. La dernière nuit a été particulièrement dure. Physiquement, j’étais à plat et déçue de ne pas pouvoir donner plus. Mais 4 minutes avant la fin, les choristes de la RTS ont chanté une chanson composée rien que pour Cœur à Coeur. Ce fut un moment extraordinaire, plein d’énergie et de générosité.

Ton bilan de l’opération?

Tellement heureuse et fière de l’élan de générosité lancé par Cœur à Cœur. C’est dur de mettre des mots sur tant d’émotion.

Une anecdote?

Toutes les nuits étaient folles. Mais lors de la nuit spéciale "cabaret", nous avons reçu des femmes incroyables et fortes. En discutant avec Lily Bulle, danseuse burlesque, nous avons appris qu’elle a consacré son mémoire universitaire aux impacts psychologiques de la précarité chez les jeunes. Inattendu et passionnant.

Philippe Robin

Philippe Robin lors de la soirée mexicaine.
Philippe Robin lors de la soirée mexicaine. [Jonas Schneiter - RTS]

Le moment le plus émouvant: celui où Daniel Guichard, a chanté son succès Mon vieux en direct et à 1 mètre de moi. J'ai perdu mon père il y a quelques années, et je n'ai pu retenir mes larmes en l'écoutant.

Le plus difficile: entendre Pauline perdre sa voix au fil des heures du dernier jour. Sachant à quel point elle aime participer et soutenir Cœur à Cœur à l'antenne, j’ai mal pour elle. Mais Jonas et moi l'avons aidée au maximum et elle a pu finir l'exercice!

Mon bilan: très positif pour moi. L'expérience de l'an dernier nous a été très utile. On a dû gérer nos forces pour tenir la semaine.

Une anecdote: Nana Mouskouri qui pose ses lunettes légendaires sur la table et les met en vente au profit de Cœur à Cœur ! Incroyable !

Jonas Schneiter

Gros câlin de Jonas avec Rodolf.
Gros câlin de Jonas avec Rodolf. [Alexandre Chatton - RTS]
 

Le moment le plus fort

Avec Cuche et Barbezat dans le lit, à poil, à 5h du mat. Plus sérieusement, les témoignages de ceux qui ont essayé de sortir des jeunes de la précarité m’ont bouleversé. L’histoire de Gabet Chapuisat qui se termine de façon dramatique ou le témoignage d’un grand-papa qui est venu raconter son désespoir pour un jeune de sa famille.

Le moment le plus difficile

Tomber malade en pleine nuit et assurer une journée de direct avec l’envie de me terrer au fond de mon lit.

Mon bilan

Le véritable chiffre de l’opération, selon moi, ce sont les dizaines de milliers de romands qui nous ont fait part de leurs encouragements sur les réseaux, par mail, sur place ou au téléphone. C’est un message fort que la Suisse romande envoie à ceux qui galèrent. Une façon de leur dire : on est maintenant conscient, on veut vous soutenir et que vous vous en sortiez aussi bien que le reste de notre pays !

Une anecdote

J’ai vécu l’un de mes fous rires les plus incroyables de l’année avec Pauline. Ivre de fatigue, elle s’est mise à pleurer en lisant un livre pour enfants. Je crois que nos nerfs ont lâché à ce moment-là.

Pauline Seiterle en larmes.
Pauline Seiterle en larmes. [Capture d'écran - RTS]

Publié le 22 décembre 2017 - Modifié le 22 décembre 2017

Deux cents collaborateurs de la RTS mobilisés

Cœur à Cœur est la plus longue et la plus dense opération tri-médiale produite par la RTS, depuis sa création. C’est aussi une aventure collective menée tambour battant par une équipe soudée de quelques 200 collaborateurs, tous métiers confondus. Pour assurer 147 heures de direct, 25 spectacles sur la scène de la Place Centrale, plus de 20 showcases dans le studio, 120 interviews de personnalités, suisses pour la plupart, tourner une centaine de vidéos, réaliser 2 émissions de TV et dorloter 3 animateurs enfermés… il a bien fallu ça.

Jean-Luc Lehmann, chef du projet Cœur à Cœur, conclut: "Nous avons connu une semaine d’une richesse incroyable remplie d’émotions très diverses que l’on ait vécu cette expérience depuis le studio, le cockpit, le multimédia, la régie scène, le standard téléphonique ou en simple spectateur. Chacun gardera en mémoire son Cœur à Cœur à lui mais tout le monde a œuvré pour la même noble cause. Nous sommes fiers du résultat surtout lorsque l’on sait que la tendance des dons pour les organisations caritatives a pour la première fois depuis 10 ans baissé en 2016 en raison d’un contexte international morose. Une tendance qui semble hélas se confirmer en 2017".

Et du côté de la Chaîne du Bonheur

"La problématique des jeunes dans la précarité dans notre pays a beaucoup touché la population suisse qui s’est montrée une nouvelle fois très généreuse, relève Sophie Balbo, porte-parole de la Chaîne du Bonheur. Elle s’est mobilisée en versant de l'argent, en organisant des actions, en témoignant à l’antenne et en venant répondre aux promesses de dons par téléphone. Nous allons grâce à elle permettre à plusieurs centaines de jeunes de trouver une issue et se construire un projet de vie."

"La RTS nous permet, grâce à Coeur à Coeur, de financer des projets qui aident les jeunes en Suisse sur la durée. Nous remercions toute la population et tous les bénévoles qui ont répondu présents à notre appel conjoint à la solidarité", conclut Tony Burgener, directeur de la Chaîne du Bonheur.