RTS Découverte

Posez une question à un spécialiste

Thème

Sélectionnez un sujet

Mail

Pseudo (facultatif)

Âge (facultatif)

Recopiez le texte de l'image

Merci d'utiliser le moteur de recherche ci-dessus pour vérifier que votre question n'a pas déjà été posée. Les questions auxquelles nous avons déjà répondu ne seront pas traitées.

Ce service ne permet pas de répondre à des questions d'ordre médical personnel (diagnostic, traitement, etc.).

La réponse sera publiée dans cette page d'ici environ deux semaines, sauf difficulté.

A propos de "Questions-réponses"

Ce service permet d’adresser des questions à des spécialistes – dans les domaines ci-dessous – ou de lire les réponses qu’ils ont déjà fournies.

Science et Environnement


Technologies

Afficher plus de questions récentes Afficher plus de questions anciennes
André Langaney [DR]

André Langaney

Professeur honoraire

Section de biologie

Université de Genève

Je remercie mes origines normandes et paysannes de me permettre de vous répondre "ptêt ben qu'oui, ptêt ben que non!"

La sexualité est certes inscrite partout et en détail dans notre patrimoine génétique : nous avons des chromosomes sexuels, des gènes de détermination du sexe qui choisissent entre des gènes de sexualisation que possèdent hommes et femmes, des gènes de synthèse fabriquant les hormones sexuelles qui sexualisent nos caractères sexuels primaires (organes génitaux), secondaires (seins, formes du corps, pilosité,...) et d'autres qui synthétisent les récepteurs de ces hormones et contribuent aussi à la sexualisation de notre cerveau.

Mais, comme toujours, l'action de tous ces gènes est modulée par un environnement et une histoire qui conditionnent la construction de notre corps et peuvent modifier, parfois empêcher ou inverser, leur action.

Au delà de notre sexe génétique, un sexe physiologique, un sexe social et culturel et un sexe psychologique se construisent chez chacun de nous, parfois très éloignés du "programme" théorique de ses gènes.

Et puis, il ne faut pas oublier que, dans toute espèce sexuée, de la bactérie ou de la levure à la baleine, au platane et à l'humain, la vie est une alternance entre une phase "cellules sexuelles" (ovules et spermatozoïdes), un œuf, issu d'une fécondation, et des individus sexués qui, directement ou indirectement, refabriquent des cellules sexuelles par une "méiose".

L'alternance méiose – fécondation – œuf – méiose ... définit la sexualité où, comme je l'ai écrit, il y a bien longtemps, "Qui fait un œuf, fait du neuf !".*

Elle est inscrite dans nos gènes comme dans ceux de la plupart des êtres vivants actuels.

(cf André Langaney, 1979, "Le sexe et l'innovation", Ed. du Seuil, Paris)

06.12.10